• APOLLINAIRE

     

    Sous le pont Mirabeau... Pourquoi la musique des mots d'Apollinaire demeure-t-elle si longtemps après ses vers ? C'est un mystère .Et les mystères aiment le demeurer .

     

    EN PRISON :

     

    Mille métiers, Guillaume Apollinaire.... né le 26 août 1880 d'une mère polono-italienne et d'un père officier italien qui ne le reconnaît pas, journaliste, directeur de revue, critique d'art, auteur de romans lestes. Sa première prose poétique " l'enchanteur pourrissant" date de 1909. En 1911 à la suite d'un vol commis au Louvre,il est emprisonné à la Santé! quelques jours plus tard il est reconnu innocent.

     

    DELICIEUX TANGAGE :

     

    Ebranlé par cette affaire,il trouve refuge dans sa propre poésie, celle qu'il écrit depuis 1898 . Il en fait un recueil qui est publié sous le titre " Alcools" Lors de la correction des épreuves, hésitant sur la ponctuation, il décide de la supprimer complètement! l'absence de cloisons dans les phrases provoque à chaque instant, un délicieux tangage du sens, une sorte de pure poésie, un nouveau langage au-delà des mots. 1914: Apollinaire s'engage. Il est atteint en 1916  par un éclat d'obus et doit être trépané. Revenu à Paris il y meurt le 9 novembre 1918 a 38 ans de la grippe espagnole.

     

    DES FEMMES :

     

    Il y eut, à Stavelot où il séjourne pendant l'été 1899 Marie- Marie Dubois.

    Il y eut à son retour à Paris , Linda la Zézayante.

    Il y'eut en 1902 la gouvernante anglaise des filles de la vicomtesse de Milhau,

    En Allemagne où il est devenu précepteur : Annie Playden. Mais Annie s'effraie de l'amour furieux que lui porte Guillaume: elle préfère prendre ses distances . C'est pour elle qu'il écrit, en 1903 l'un de ses plus beaux poèmes d'amour de la langue française, le plus court.

    Il y'eut Marie Laurencin rencontrée grace à l'ami Picasso , Guillaume aime trop Marie, il la veut pour lui et que personne ne l'approche, ne la regarde . Jaloux Guillaume ... Elle risque de le quitter ... Voilà c'est fait en 1912...Ainsi est né " Le pont Mirabeau".

     

    LOU,MADELEINE,JACQUELINE

     

    1913 : conférence sur le cubisme, vacance du coeur. 1914 , voici Louise de Coligny - amour-passion - pour elle, il écrit le fameux poème acrostiche " Lou" Mais Ou soudain a peur du loup Guillaume, de son amour volcanique, imprévisible,possessif. Elle le quitte . C'est la guerre, Guillaume s'est engagé. Dans les tranchées, il ne cesse d'écrire , des poèmes, des nouvelles rassemblées dans le recueil " le poète assassiné" publié en 1916. L'année précédente il a rencontré dans un train Madeleine Pages qu'il demande en mariage tout en continuant de penser à Lou. Après sa trépanation, il rompt avec Madeleine . Le 2 mai il épouse Jacqueline Kolb. Le 11 novembre c'est l'armistice! Tout Paris chante et danse, pendant que discrètement, on porte en terre Apollinaire.

     

    LE PONT MIRABEAU

     

    Sous le pont Mirabeau coule la Seine

    Et nos amours

    Faut-il qu'il m'en souvienne

    La joie venait toujours après la peine

     

    Vienne la nuit sonne l'heure

    Les jours s'en vont je demeure

     

    Les mains dans les mains restons face à face

    Tandis que sous

    Le pont de nos bras passe

    Des éternels regards l'onde si lasse

     

    Vienne la nuit sonne l'heure

    Les jours s'en vont je demeure

     

    L'amour s'en va comme cette eau courante

    L'amour s'en va

    Comme la vie est lente

    Et comme l'espérance est violente

     

    Vienne la nuit sonne l'heure

    Les jours s'en vont je demeure

     

    Passent les jours et passent les semaines

    Ni temps passé

    Ni les amours reviennent

    Sous le pont Mirabeau coule la Seine

     

    Vienne la nuit sonne l'heure

    Les jours s'en vont je demeure.

     

    GUILLAUME APOLLINAIRE

    Pont Mirabeau

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Mars 2010 à 04:43
    clementine

    Une vie bien mouvementée ce Mirabeau poète dont on parle encore et toujours. 
    Bonne journée Sandy. J'espère que tu vas mieux.

    Je te souhaite une bonne journée

    clem 

    2
    Mercredi 31 Mars 2010 à 23:01
    eukelade

    Quelle magnifique poësie, chacun de nous a entendu ces mots...Chantés, ils nous sont restés, inoubliables.

    Comme chaque année, à Paques, je vais chez ma soeur qui n'habite pas très loin mais c'est pour moi l'occasion de voir mes neveux et ma petite nièce. Je dois aller demain chercher les chocolats que je cacherais dans les arbres avant l'arrivée de la petite Emma.

    Il est des habitudes qui s'installent à certains moments de l'année (paques, noël, les vacances...) mais je trouve qu'il est important de garder ces rencontres   familiales.  Soignes toi bien pour être en forme à Pâques, la famille ça donne aussi du travail.

    Gros bisous Sylvie, bonne nuit.

    3
    Jeudi 1er Avril 2010 à 00:09
    Sylvie

    j'avais en mémoire cette poèsie chantée par Reggiani!! un régal ..

    Tu as tout à fait raison l'esprit de famille doit demeurer ,je n'aime pas être envahie, car je suis indépendante, il n'en reste pas moins que toutes les fêtes sont célébrées familialement ,et le télephone lui, il fonctionne au quotidien ...Rire

    J'ai rv demain à 8 h avec le pneumologue pour cette fichue toux , que je m'en débarasse avant l'arrivee de la famille , et avoir un peu plus de peps pour un nettoyage de printemps

    gros bisous à toi Eukelade!! sylvie

    4
    Jeudi 1er Avril 2010 à 21:51
    aussicalin

    Bonsoir Sylvie,

    Quelle vie mouvementée!!! Il est mort trés jeune à 38 ans mais il laisse  des poèmes superbes. Douce fin de soirée et bonne nuit. Bisous  .Alain

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :