• BEETHOVEN

    BEETHOVEN

    Devenu sourd, comment Beethoven a t-il pu continuer à composer ?


    L'exemple de Ludwig Van Beethoven donne raison à tous ceux qui affirment que le génie créateur s'exprime dans la souffrance et illustre le plus souvent une douleur tenace.

     Né à Bonn (Allemagne) le futur compositeur des plus amples symphonies de l'histoire de la musique connaît une enfance difficile. Ténor à la chapelle princière, son père lui impose une rude éducation musicale avant de sombrer dans l'alcoolisme. A la mort de sa mère, Ludwig doit renoncer à ses études à Vienne pour prendre en charge sa famille. Finalement Beethoven peut rejoindre Joseph Haydn à Vienne ou il se fixe définitivement, il acquiert une grande popularité de pianiste virtuose. L'aristocratie viennoise se précipite pour admirer les fougueuses interprétations du génial improvisateur. Mais les ennuis commencent! Beethoven perçoit les premiers signes de la surdité, un trouble qui ne cessera de s'amplifier et qui déjà le tenaille. Sa surdité naissante perturbe énormément sa vie sociale,  aussi demande t-il à ses proches de garder secret  son handicap.


    Dans la correspondance à ses très proches amis, Beethoven parle régulièrement de la souffrance que lui inflige sa surdité, car d' année en année, son état se détériore, mais Ludwig ne désarme pas, il poursuivra sa carrière de concertiste pendant treize ans.

    La situation de Beethoven se dégrade terriblement à partir de 1820, il tente de diriger " Filelio" au josephstadt  - à cette époque il est complètement sourd- mais c'est une catastrophe, il doit renoncer à conduire l'orchestre à l'entracte, impossible pour les musiciens de suivre son tempo. Son ami et biographe Anton Felix précise que cette journée restera marquée à jamais dans l' esprit  du compositeur qui ne se remettra pas de ce désastre.


    Des lors, Beethoven va se murer dans une douloureuse solitude ou l' énergie et le désespoir se mêlent . Mais puisqu'il ne se produit plus en public il n'a plus du tout le souci de plaire. Aussi continue t-il de composer avec davantage de liberté des oeuvres qui resteront de véritables monuments de l'histoire de la musique.


    Ludwig Van Beethoven  a toujours considéré son art comme un moyen d' expression du coeur et des états de l'âme de l'individu. et les derniers instants de sa vie seront fort logiquement des plus créatifs, ne donnant plus de concerts, il consacrait désormais tout son temps à composer. Dans la plus ardente tradition romantique, la souffrance paraissait enrichir son talent.


    Pour une personnalité de la stature de Beethoven, tous ceux qui l'ont côtoyé confirment que rien n'aurait pu entraver l'expression de son génie.  Son ami Schindler explique par le menu comment son ami continuait de composer. Du moins, donne t-il des détails pratiques qui concernent essentiellement l'organisation matérielle des journées du maître. Quant à la question de savoir comment Beethoven pouvait encore écrire de la musique, Schindler faisait remarquer : " comme tous les grands compositeurs, Ludwig se contentait de transcrire à son bureau les notes qu'il entendait dans sa tête.Autrement dit, pour composer une symphonie, point besoin d'entendre un piano jouer .


    Vers la fin de sa vie, Beethoven s'aventurait parfois dans d'improbables interprétations au piano ou au violon. Mais sans le moindre repère sensoriel extérieur, il ne savait plus guider son énergie ni maîtriser sa technique.  Notamment l'indispensable subtilité entre main gauche et main droite n'existait plus du tout, précise  Schindler. Et son ami d'ajouter : " il s'agissait pour nous tous de pénibles moments, atroces pour les oreilles" , mais aussi d'immenses instants d'émotion, tant un irrémédiable fossé se creusait entre les admirables compositions du musicien et ce simple bruit que ses mains conduisaient.


    Beethoven ne savait plus jouer ce qu'il entendait dans sa tête, fort heureusement il sut continuer à l'écrire.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Novembre 2009 à 21:20
    clementine

    Je comprends mieux la violence de cette musique.
    bisous
    clem

    2
    Vendredi 20 Novembre 2009 à 21:56
    Alicia
    Il avait un talent fou. bise
    3
    Vendredi 20 Novembre 2009 à 22:03
    Sandys
    oui , je l'ai découvert un peu tard, mais je ne l'ai jamais regrette... Bisous Alicia! bon we! sandys
    4
    Samedi 21 Novembre 2009 à 14:01
    bernard
    est ce qu'on entend toujours
    ce que l'on dit
    Bien à toi !
    5
    Samedi 21 Novembre 2009 à 14:58
    Sandys
    On entend toujours ce que l'on a envie d'entendre ... , par ailleurs il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre .. Bien amicalement ! sandys
    6
    Samedi 21 Novembre 2009 à 15:32
    aussicalin

    Bonjour Sandys , Merveilleux compositeur !!!, qu'elle classe !!. J'adore écouter sa musique .Ses symphonies, notamment ( la Pastorale) et bien sur la 9eme qui est l' hymne Européen .Pour moi la cerise sur le gateau , c'est le concerto pour piano et orchestre N°5 dit de l'Empereur , le piano est sublime!!.
    Douce aprés midi Sandys ,avec le soleil surement !.Içi remontées maritimes temps nuageux. Justement je vais écouter du Beethoven .Gros bisous .Alain

    7
    Samedi 21 Novembre 2009 à 15:48
    Sandys
    merci de ton commentaire , j'écoutais justement la 9 eme symphonie interpretée par Karayan..  chez nous aussi le ciel s'est assombri , et chute des temperatures ... Euh je crois qu'une mini sieste s'impose avec un fond musical... bisous, bisous! sandys
    8
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 01:10
    Renard
    Un de ceux qui m'ont accompagné dans la vie... Je connaissais sa vie, mais ne savais pas pour la fin quand il n'arrivait plus à jouer juste... quelle horreur le pauvre.!!
    Gros bisous à toi ma belle 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :