• COMMENT DEVENIR SON PROPRE PSYCHANALYSTE

    COMMENT DEVENIR SON PROPRE PSYCHANALYSTE

    Nous avons tous besoin d'une psychanalyse. C'est du moins l'opinion des psychiatres et psychologues, et de nos jours plus encore qu'autrefois, soit parce que nous sommes réellement névrosés, soit parce que nous croyons l'être. Seule une minorité de personnes, et bien plus par ignorance ou pour des raisons dues à leur milieu, peut résister au stress qu'impose la vie moderne.


    Mais névrose ne signifie pas folie, c'est une façon de réagir face aux contretemps de la vie quotidienne, aux soucis, aux déceptions et aux souffrances qui marquent notre psychisme de diverses façons et se traduisent par des milliers de malaises qui tendent soigneusement à masquer leur origine. Celui qui souffre de frustrations, d'angoisses, de craintes, de complexes, d'idées fixes, d'obsessions, d'inhibitions, de crises d'hystérie, n'est pas, comme on le croit trop souvent , complètement fou  mais tout simplement névrosé, et on peut affirmer que nous le sommes tous dans une certaine mesure.


    Nous savons combien il est difficile de nos jours de conserver notre calme et notre équilibre, sérieusement menacés par le monde extérieur actuel. Toutefois, il est possible d'y parvenir ou de retrouver paix et harmonie intérieures lorsque la névrose est déjà très avancée.


    La clé permettant de trouver la solution à nos plus intimes conflits et souffrances réside dans la psychanalyse,qui veut dire analyse de l' esprit.  La psychanalyse est une science difficile, car elle ne s' appuie pas sur des faits, mais sur des mots, des souvenirs, des gestes,  des sensations, des émotions, des songes….C'est une science abstraite dans la mesure ou son champ d' observation ne possède pas la tangibilité d'une science exacte.


    Les maladies du psychisme, quoique plus difficiles à diagnostiquer et à traiter , ne sont pas moins graves que celles du corps. Si nous comparons par exemple  un complexe d'infériorité à un défaut physique, nous verrons qu'à la longue le complexe implique une souffrance bien plus grande que le défaut physique. les anomalies mentales provoquent un malaise continu qui conditionne la personnalité de l'être humain. On pense à un aveugle, ou un invalide doté de la sérénité et d'une grande force de caractère sera plus heureux qu'un homme physiquement sain mais souffrant de complexes et de frustrations qui ne parviendra jamais à affronter les    difficultés de la vie, ni à profiter des meilleurs moments.


    La psychanalyse est donc une éducation permanent de libérer les énergies consommées par l'individu dans sa névrose et de les diriger vers ce qu'il souhaite réellement. La psychanalyse dévoile les causes de la névrose et en corrige les défauts.


    L' oubli ne résout rien ! On ne peut dire que le secret du bonheur consiste à avoir mauvaise mémoire. Les souffrances et les traumatisme ne peuvent s'oublier, car ils laissent toujours une cicatrice indélébile dans notre inconscient, c'est pourquoi il faut s'armer de courage et les affronter directement.


    Enfouir au plus profond de sa mémoire un fait désagréable ne le fait pas disparaître pour autant. L'illusion d'avoir oublie a, habituellement, des conséquences bien plus graves que le fait que l'on cherche à oublier. Ce fait ne disparaîtra pas, bien au contraire, il ressurgira plus tard monstrueusement transformé et méconnaissable. Parallèlement à une souffrance concrète d'autres malaises plus ambigus, plus  imprécis apparaîtront , tout comme un cancer, avec une infinité de ramifications qui se développent dans l'inconscient.   Faut il consulter un psychanalyste et lui expliquer son passé ?


    Non, certes. Il est évident que toutes les névroses n' exigent pas un traitement médical. En revanche, on doit affronter la réalité telle qu' elle se présente et apprendre à s'observer de l'intérieur. C'est ainsi que l'on améliorera son attitude face à la vie et face à ses proches. L'on augmente son rendement intellectuel qui est, bien souvent, inférieur à ce qu'il pourrait être, car on ne sait guère tirer parti de ses capacités intellectuelles. La vie quotidienne , qui n'est que trop souvent une succession d'heures malheureuses semblera différente. Les problèmes qui minent la personne névrosée se résoudront peu à peu, lui redonnant le goût de la vie.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 00:15
    clem
    "seule une minorité de personnes, et bien plus par ignorance ou pour des raisons dues à leur milieu, peut résister au stress qu'impose la vie moderne."
    ça c'est pas sympa du tout.
    Il y a des personnes très résistantes, car elles sont investis par les leurs et les psys disent toujours quoi que tu fasses ou agisses que ce n'est pas normal.
    Tu sais, nous traitons des dossiers de futurs psys et l'analyse qui peut en être faite est affolante, et tu vois, ce sont les mêmes qui disent des choses pareilles. Il leur faut de la clientèle. On a pas besoin forcément de psys mais dès que quelqu'un pleure ou n'agit pas comme tout le monde, alors, on lui dit d'aller voir un psy. On a trop psychiatriser les gens, pour les faire entrer dans des normes où tout le monde doit être pareil.  
    La psychanalyse est basée sur les théories de Freud et Freud avait un grand différent avec sa mère qu'il a projeté dans son oeuvre. Freud se droguait en plus à la cocaïne. Tout le monde le sait et on continue à étudier ses oeuvres comme si rien n'était. 
    Je conseille rarement à quelqu'un d'aller consulter un psy. J'ai compris les dégâts que cela faisait, et même de bonnes thérapies en font et plus graves qu'on ne le pense. 
    Soyons névrosés. Soyons comme on doit l'être et non comme on veut qu'on soit. soyons des névrosés dans l'âme. Ce n'est pas grave, comparé à ce que font les psys et encore plus la psychanalyse. 
    bisous
    clem
     
    2
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 00:31
    Sandys
    merci pour ton commentaire Clem..  tu as tout à fait raison dans ce que tu dis, mais il y'a aussi des personnes seules , et fragiles , qui ne peuvent pas tout assumer , j'en vois au cabinet ou je travaille, elles m'exposent souvent leurs pb ,et ont besoin d'aide ... Le problème , aujourd'hui c'est de trouver un bon therapeute, qui ne donne pas des medicaments sans savoir le danger que cela peut présenter, parfois le remède est pire que le mal ...  un bon thérapeute pour moi , n'est pas forcément bon pour l'autre ... L'idéal est de s'en passer bien évidemment ..aujourd'hui le généraliste fait souvent office de psy et prescrit des neuroleptiques etc.....Oui je savais pour Freud ...., mais il y'a des psy " lacaniens ou " bergsonien"  chacun son école ...  Enfin bon ....Si la tête va, le reste peut se guérir... C'est une façon de voir!! je te fais gros bisous et te souhaite un bon dimanche! sandys
    3
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 00:36
    clem
    Un bon confident est autant thérapeute qu'un psy sinon plus. 
    Avant de connaître les psys (à mon grand malheur) j'allais voir un prêtre
    qui était fort gentil. J'y allais pour des broutilles.. et en définitive, il était très important pour moi..
    clem 
    4
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 00:52
    Sandys
    Oui  je peux confirmer pour ta premiere ligne ... je n'oublie pas nos mails  et tes conseils avisés.. Bon dimanche à toi Clem! bisous! sandys
    5
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 16:01
    C'est bien difficile d'avoir une  lucidité suffisante pour affronter ses problèmes ... mais je crois que nous pouvons tous y parvenir en cherchant des solutions et  en .... se tenant debout !
    6
    Lundi 30 Novembre 2009 à 19:48
    josy
    Moi, je dirais que si on la chance d'en trouver un bon psy ... pourquoi pas ?

    J'ai du cotoyer ce mileu, enfin pris un RV avec des psy d'un service psychiatrique.
    Ayant rechuté d'un cancer du sein avec des métastases au cerveau ... mon mari ne l'a pas accepté; et a perdu complétement pied , il a du même être interné pendant 8 jours ...

    ensuite je suis allée voir deux psy,puisqu'elles fonctionnent non pas pour moi, car je mène mon combat , je fais "comme si" et ça marche et je m'occupe par la peinture et l'écriture, mais j'y suis allée  pour mon  mari, pour savoir la conduite à tenir, car parfois ayant en plus des phobies, il m'énerve beaucoup et à d'autres moments, je le materne trop  car je l'aime.et avant on était en compléte harmonie ... et pour l'instant j'ai l'impression d'être seule ...

     alors ces deux dames m'ont écoutée, me complimentant, ( j'en avais rien à faire de leurs compliments...) moi ce que je voulais, c'est comprendre ma situation, un conseil, des conseils, mais RIEN;

    En fait, ils sont surtout capables de prescrire des médicaments ( peut être pas tous ) mais hélas!!!

    Ce qu'il faut, lorsque l'on en est capable bien sûr, c'est s'auto analyser , être sincère avec soi même , ne pas rendre coupable l'autre; connaître nos besoins réels ... Travail très dur je le reconnais .... mais combien salutaire .

    J'écris tout cela, j'ai 61 ans , peut être l'âge, la maladie m'ont permis d'avoir du recul.

    En tout cas ton sujet est très intéressant .
    Josy
    7
    Lundi 30 Novembre 2009 à 20:14
    Sandys
    merci pour ton commentaire qui m'a beaucoup touché...

    Tu as beaucoup de courage ,mais tu ne peux pas tout porter sur tes épaules ....C'est bien beau d'etre forte comme on te le dit , mais il faut  un autre soutien , c'est clair ... Je ne suis pas contre les psy, j'ai travaillé longtemps chez une femme psy..et je peux dire qu'il existe des  médecins sérieux et d'autres non ...il faut consulter par ouïe dire,  et si cela ne va pas, ne pas hesiter à changer ... Tant pis si tu vois quatre ou cinq medecins, tu vois tt de suite si le medecin te correspond ou non,  quant à donner des medicaments systematiquement, c'est en fonction de ton état,c'est à toi de voir si c'est justifié ou non , même s'ils sont prescrits ..il faut t'aider à en sortir .

    Tu as leprivilège d'avoir un don pour la peinture, c'est une aide efficace, tu as certainement des amies du net , il y'a des amitiés qui se créent à travers ce biais là, et peut être même ces amitiés sont plus sinceres qu'en réel... Je suis ravie de t'avoir lu ... Je vais faire un" saut sur ton blog " ... Merci de ton commentaire! bisous ! sandys
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :