• Le temps aux plus belles choses
    Se plait à faire un affront
    Il saura faner vos roses
    Comme il a ridé mon front"......
    disait le vieux Corneille à quelque jeune fille…

    "Sous le pont Mirabeau coule la Seine
    Et nos amours
    Faut-il qu’il m’en souvienne"....
    disait Apollinaire...

    Le passé...était-il une clôture
    pour une zone interdite...
    ou était-ce...une ouverture
    vers une vie inédite?
    Le présent est-il un...tremplin
    te propulsant vers demain...
    ou est-ce...une simple gare
    pour que tu t'y égares?

     

    Le futur...sera-t-il une envolée
    vers tes rêves non réalisés...
    ou sera-t-il la marche funéraire
    de tes projets à ne pas faire?
    Une seconde...est-ce l'éternité
    d'une émotion qui te fait vibrer...
    ou est-ce...une petite particule
    dans laquelle rien ne s'articule?

    Une minute...est-elle assez pour aimer
    quelqu'un que tu auras croisé...
    ou est-ce... un peu trop fugitif
    pour en devenir captif?
    Une heure...est-ce une seconde
    que tu veux te conserver...
    ou est-ce...une éternité
    pour agrandir ton monde?
    Le temps...calculable
    mais jamais palpable...
    le temps...qui n'est rien
    si tu n'y mets pas du tien.

    Le futur...demain sera le présent
    et déjà le passé...après-demain.
    Fera-t-il place à...deux humains
    qui croient à...l'éternel moment........   

    REFLEXIONS SUR LE TEMPS


    votre commentaire
  • Blog en pause pour quelques jours...

    Bonne semaine à tous.

    BLOG EN PAUSE


    votre commentaire
  • Un enfant élevé dans un pauvre village,

    Revint chez ses parents, et fut surpris d'y voir un miroir.

    D'abord il aima son image,

    Et puis, par un travers bien digne d'un enfant,

    Et même d'un être plus grand,

    Il veut outrager ce qu'il aime,

    Lui fait une grimace et le miroir la rend,

    Alors son dépit est extrême,

    Il lui montre un poing menaçant,

    Il se voit menacé de même,

    Notre marmot, menacé, s'en vient, en frémissant;

    Battre cette image insolente.

    Il se fait mal aux mains. Sa colère augmente,

    Et furieux, au désespoir,

    Le voilà devant ce miroir;

    Criant, pleurant, frappant la glace.

    Sa mère qui survient, l'embrasse, le console

    Tarit ses pleurs et doucement lui dit :

    " N'as tu pas commencé par faire la grimace

    A ce méchant enfant qui cause ton dépit ?'

    - Oui

    - Regarde à présent , tu souris, il te sourit

    - Tu tends les bras vers lui, il tend les siens vers toi

      Tu n'es plus en colère, il ne se fâche plus

     De la société tu vois l'emblème,

     Le bien , le mal nous sont rendus. 

     

    Jean-Pierre Claris de FLORIAN

              


      


    votre commentaire
  •  

    POURQUOI LA MEMOIRE DIMINUE

     

    La première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque la maladie d’Alzeimer, ce sont les pertes de memoire. Les troubles de memoire sont inherents à la maladie d’Alzeimer, mais le contraire n’est pas vrai – ce n’est pas parce qu’une personne âgée a la mémoire qui flanche que cela signifie nécessairement que c’est Alzeimer.

     

     

    Un grand professeur tempère les craintes : à partir de 55 ans, plus de la moitie des personnes se plaignent de troubles de la mémoire. Souvent, ce n’en sont pas vraiment, mais plutot un déficit de l’attention. En effet, pour memoriser , notre cerveau a besoin d’enregistrer l’information, ce qu’il ne fera que si le processus est conscient, c’est à dire si la personne y fait attention. La mémoire est un processus attentionel.  Ainsi, ce qui est souvent pris pour des pertes de memoire ne correspond en fait qu’à des troubles attentionnels ». 

     

     

    Aux troubles de la mémoire, premières manifestations de la maladie, vont s’ajouter les troubles du langage, des gestes, du comportement et de la reconnaissance. Les troubles du langage par exemple concernent aussi bien la compréhension orale que la capacité à s’exprimer, forme la plus répandue de démence, l’Alzeimer s’exprimera différemment d’une personne à une autre. Certains auront plus de difficultés à s’exprimer alors  que chez des autres ce sont les troubles du comportement qui vont être exacerbés.      Mais d’ou proviennent ces troub les ?  Quelles sont les manifestations physiologiques de la maladie ?

     

     

    C’est au coeur du cerveau que se trouve la réponse. D’ailleurs, seule  une autopsie du cerveau permet d’aboutir à un diagnostic certain   d’Alzeimer. Les responsables sont les plaques seniles, ou plaques amylôides. La formation de ces plaques correspond à l’accumulation d’une proteine  anormale, la beta amyloide, fruit d’un mauvais clivage d’une autre proteine,l’APP;  une fois le processus enclenché, c’est la mort du neurone assuré, et petit à petit, ce sont des aires cérébrales qui sont touchées.

     

     

    D’autres types de lésions, peuvent être observées dans le cerveau des malades: cette fois ci, c’est au coeur meme des  neurones qu’il faut plonger . Le mécanisme est analogue à celui des plaques amyloides : c’est l’accumulation d’une proteine impliquée dans la structure cellulaire, anormalement constituée qui conduit à la mort du neurone. La différence majeure réside dans la localisation intracellulaire de la proteine

     

     

    Un grand professeur explique les mécanismes à l’origine de la perte de memoire :  » les premières lesions que l’on peut observer des l’lâge de 40 ans se forment au niveau de l’hippocampe, siège de la mémoire des faits récents. Mais l’apparition des lesions ne signifie pas forcement qu’il y’ait un de sympotme associé : la maladie est  dite asymptomatique. Lorsque cette région cérébrale est endommagée, il est impossible de former de nouveaux souvenirs. Par contre, les souvenirs dejà emmagasinés ne sont pas altérés. C’est pourquoi les personnes malades peuvent parfaitement se souvenir de leur mariage ou de leurs 20 ans mais pas de ce qu’ils ont fait la veille au soir .

     

    LA MALADIE D'ALZEIMER


    votre commentaire
  • OMBRE ET LUMIERE

     

    Il y a un    temps où ce n'est plus le jour, et ce n'est pas encore la  

    nuit Ce n'est qu'à cette heure-là que l'on peut    commencer à regarder les choses, ou sa vie: c'est qu'il nous faut un peu d'obscur pour bien voir, étant nous-mêmes composés de clair et d'ombre." (Christian Bobin)  

           

       

      

     

       

     Dans le clair-obscur, le silence est encore le meilleur interprète des âmes.. PAUL    JAVOR  

       

                  

           

           

           

    Ombre et Lumière  
       
        Courage !- Dans l’ombre et l’écume  
        Le but apparaîtra bientôt !  
        Le genre humain dans une brume,  
        C’est l’énigme et non pas le mot !  
           
        Assez de nuit et de tempête  
        A passé sur vos fronts penchés  
        Levez les yeux ! Levez la Tête !  
        La lumière est là-haut ! Marchez !   
       Victor Hugo,    

           

           

    ’La Lumière est le symbole du savoir.  

        Les corollaires de la Lumière sont le rêve, la mémoire, l’amour, la compassion, l’empathie, les livres, l’invention, l’inférence, l’illusion, la communication, l’information, l’imagination,  

           

         L’Ombre est le symbole du vouloir.  

        Les corollaires de l’Ombre sont l’action, le pouvoir, la volonté, la propriété, le droit, le don, l’habitude la décision, l’envie, l’autorité, l’affirmation, les pulsions.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique