• LA FONTAINE

    LA FONTAINE


    C’est un spectacle affligeant que celui des jolies fontaines,
    souvent de pures oeuvres d’art, taries par le temps et abandonnées au profit du progrès.
     Elles sont nombreuses à travers la Sicile, surtout dans les petites villes du sud.
    Un jour, dans le silence du midi, chaud et poussiéreux
    , je vois, au centre d’une place intemporelle, l’une d’entre elles.
    Elle soupire,
    elle pleure sans arrêt,
    par gouttes ou par gorgées,
    sous les yeux distraits des passants.


    Fanée
    par l’indifférence perfide
    du progrès,
    elle résiste à l’oubli
    et sourit au souvenir
    des assoiffés d’antan.


    Jadis,
    elle remplissait la cruche
    qui, à l’ombre du balcon,
    éteignait,
    de sa fraîcheur,
    l’ardeur des lèvres brûlées.


    C’est d’elle que l’eau sourdait
    des entrailles de la colline,
    battue par le soleil de feu.


    En plein été,
    prodigue et souriante,
    elle attendait la foule.
    Elle regardait
    les corps allumés et en sueur,
    s’entasser autour de l’eau,
    pour puiser fraîcheur et réconfort.


    Maintenant,
    triste et abandonnée
    dans le silence de la fin,
    elle agonise
    avec la faible plainte
    d’un filet qui tombe.


    Domenico Fasciano

    Nasone



  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Novembre 2009 à 23:13
    Renard
    Il est magnifique ce poème
    Je nourris une vraie passion pour tout ce qui touche à l'eau, puits, fontaines, lavoirs...
    Gros bisous du soir à toi ma Sandys 
    2
    Mardi 17 Novembre 2009 à 23:16
    sandys
    j'etais persuadée qu'il te plairait ce poème ... Tu vois, on finit , au fil du temps, par se connaitre ... Bisous mon renard de haute Garonne !( il est vraiment rare celui la, c'est toi l'unique) !! bisous bisous! sandys
    3
    Mercredi 18 Novembre 2009 à 01:00
    Il n'y a pas que nous qui mourons. je t'ai taguée au jeu qui court actuellement sur les blogs : les "blogs awards". C'est évidemment sans obligation de participation. En tout cas, viens chez moi essayer de trouver le gros mensonge que j'ai glissé dans sept affirmations me concernant. Bises amusées. 
    4
    Mercredi 18 Novembre 2009 à 08:09
    ag86
    Tristes et remplies de charme à la fois, ces fontaines s'effacent doucement de notre mémoire. Une page que l'on a du mal à tourner.
    Merci pour ce beau texte.
    Amitiés. Alain
    5
    Mercredi 18 Novembre 2009 à 18:27
    J'aime beaucoup ce texte, plein de nostalgie et de douceur.
    gros bisous  Sandys
    6
    Jeudi 19 Novembre 2009 à 19:56
    clem
    Ils pourraient en prendre soins au moins. 
    bisous
    clem 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :