• LES EMOTIONS

    LES EMOTIONS

    Peut -on enfermer des émotions dans une définition ?  Notre culture d’homo-sapiens nous invite  à feuilleter le dictionnaire…Dans le Petit Larousse  on trouve la définition suivante «  État affectif intense, caractérisé par une brusque perturbation psychique et mentale où sont abolies , en présence de certaines excitations  les réactions appropriées d’adaptation à l’événement »   le Petit Larousse ajoute : trouble, agitation passagère provoquée par la joie, la surprise … « 

    Longtemps on a cru que le cerveau émotionnel et le cerveau rationnel étaient deux structures différentes. Les émotions avaient -elles une quelconque relation avec le mental ?  Elles étaient l’apanage des femmes, ces êtres irrationnels par excellence. L’association entre affect et inefficacité était avérée.

    Que’Est-ce donc que l’émotion ?  Étymologiquement , motion évoque l’extérieur.. L’é motion est un mouvement vers le dehors, un élan qui naît  à l’intérieur de soi et parle à l’entourage, une sensation qui nous dit qui nous sommmes  et nous met en relation avec le monde.. Elle peut être suscitée par un souvenir, une pensée, ou un événement extérieur. Elle nous informe sur le monde qui nous entoure plus rapidement que la pensée hypothético-déductive. Elle nous guide en nous rappelant ce que nous aimons et ce que nous détestons. En ce sens, nos émotions nous donnent notre sentiment d’existence au monde. Elles nous individualisent en nous conférant la conscience de notre personne propre.

    La vie émotionnelle est étroitement liée à la vie relationnelle. Le partage des émotions nous permet de nous sentir proches les uns des autres.. Les paramètres physiologiques de l’émotion sont universels.. Tous les hommes , noirs, jaunes, blancs, rouges ou bleus, vivent les mêmes contractions stomacales, une augmentation du rythme cardiaque et la sécheresse de la bouche dans le même type de circonstance. Si les manifestations extérieures de nos émotions et les mots pour les nommer sont culturellement définis, nous ressentons les mêmes mouvements internes.

    Le rôle des émotions est de signaler les événements qui sont signifiants pour l’individu et de motiver les comportements permettant de les gérer..

    Combien y’a-t-il d’émotions ? On repère de façon certaine cinq émotions à travers toutes les cultures : colère, peur, tristesse, joie, dégoût. Physiologiquement , on distingue quatre réactions du système nerveux autonome bien spécifique : la colère, la peur, le dégoût, la tristesse.. Les mesures électroencéphalographiques ne séparent que des émotions positives et négatives..

    Émotions et sentiments entretiennent des relations étroites. Les émotions sont biologiques, pulsionnelles, les sentiments sont des élaborations dites secondaires parce que mentalisées…

    Dans le langage courant, émotion et sentiment sont fréquemment employés ( l’un pour l’autre)

    DES  REACTIONS UTILES :

    LA PEUR : aiguise les sens. L’ouïe se fait plus fine, la vision plus nette, les poils se dressent pour capter le moindre frémissement de vent, , le cerveau en état d’urgence… Tout est prêt, en place pour fuir ou vaincre le danger.. La peur nous aide à nous plaquer au sol pour éviter un éclat de bombe ou une fusillade . La fonction originelle de la peur est d’assurer notre protection. Excessive ou déplacée, elle nous joue des tours, elle nous paralyse à l’heure de prendre la parole devant un aréopage de clients importants, elle nous fait courir le soir dans les couloirs déserts du métro…

    LA COLERE : est une réaction à la frustration et à l’injustice. Elle offre l’énergie de l’affirmation de soi. Elle sert au maintien de nos frontières corporelles, psychologiques ou sociales et à la défense de nos droits..  Surgissant au moindre non respect de notre intégrité, elle nous alerte sur nos besoins tant physiques que psychiques et nous permet d’harmoniser nos relations aux autres.. Oui la colère vers l’harmonie… L’harmonie est un équilibre trouvé entre deux êtres qui se confrontent l’un à l’autre. Il est important de ne pas confondre la colère avec la violence et la prise de pouvoir sur l’autre.

    LA TRISTESSE : est le nom de cette cascade de substances chimiques accompagnant le travail du deuil. Suscitée par une perte, une séparation  elle nous invite à nous retirer du monde pour pleurer l’lettre cher. Elle souligne le vide et le manque. Elle nous dit combien nous aimions et nous permet de prendre le temps de dire au revoir. Tristesse n’est pas dépression. Les pleurs d’une vraie tristesse sont brefs et ils soulagent. Les larmes de la dépression entretiennent l’état morbide. La vraie tristesse a une fonction positive, la dépression nous enferme dans une spirale négative..

    Il ne faut pas oublier la joie! Une douce chaleur nous envahit, les battements de notre cœur se font plus profonds, plus lents, le sang circule, irrigue le corps, libère les tensions. Et si des larmes surgissent au coin des paupières, la joie est exultation du corps et de l’esprit.  On se sent intégré, unifié, rassemblé. Communion de toutes les parties de soi, les bras s’ouvrent pour accueillir l’autre ou le monde entier…

    Telles sont les émotions:

    LES EMOTIONS

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :