• Harar le 10 novembre 1890

    "Ma chère maman, j'ai bien reçu ta lettre du 29 septembre1890 . En parlant de mariage, j'ai toujours voulu dire que j'entendais rester libre de voyager, de vivre  l'étranger et même de continuer à vivre en Afrique..  Je suis tellement déshabitué du climat d'Europe, que je m'y remettrai difficilement . Monsieur Tian  est un commerçant très honorable, établi depuis trente ans à Aden  et je suis son associé dans cette partie de l'Afrique ( Harar en Ethiopie)... La moitié des bénéfices est à moi! Personne à Aden ne peut dire  du mal de moi. Au contraire, je suis connu en bien de tous, dans ce pays, depuis dix années."



    Cette lettre est signée d'un homme qui, dans sa trente sixième année ,semble heureux de son sort : ses affaires sont prospères, il gagne de l'argent, sa réputation est irréprochable.



    Son nom ? Rimbaud!  Rimbaud Arthur qui meurt un an plus tard exactement le 10novembre1891, amputé de la jambe droite à l'hôpital de la  Conception à Marseille, victime d'une syphilis tenace.

     

     

    A Paris, cette année là , on s'arrache les oeuvres de Rimbaud, qui , 20 ans plus tôt, scandalisait la capitale- fuguant à  dix sept ans avec Paul Verlaine vers la Belgique-  séjournant avec lui en Angleterre avant un retour à Bruxelles - ,qui échoue dans le fait divers   au terme de douze mois agités.,.

     

      Le 10 juillet 1873 Verlaine tire un coup de pistolet sur Rimbaud qui veut rompre leur relation. La  balle ne rate pas sa cible: elle tue le poète, l'homme lui, va survivre!  On retrouve donc Rimbaud à Stuggart, où, cynique, désabusé, il reverra une dernière fois Verlaine sorti de prison, le  14 février 1875.

     

    Vienne, Java, l'Irlande, la Suede, Hambourg, la ferme familiale de Roche, près de Charleville, tout l'été 1878 il travaille aux moissons.

     

    Gênes, Chypre, Roche de nouveau,été 1879, Aden au Yemen, Harar en Ethiopie.... Commerce de café, trafic d'armes ....

     

    Rimbaud le poète? De sa quinzième à sa vingtième année, il n'est plus qu'un laboratoire du langage en effervescence, en errance, presque en folie! le vocabulaire y est pris de vertige, se fait des frayeurs qu'il se raconte affolé, haletant  et tout cela fascine le lecteur habitué au train train du vers  trottinant à petits pas sur ses petits pieds.

    On a cru à la naissance d'un soleil, c'était un feu d'artifice... Tant mieux pour la poésie: le mystère des étoiles demeure.
      

     

    Le dormeur du val

    C'est un trou de verdure où chante une rivière,
    Accrochant follement aux herbes des haillons
    D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
    Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
    Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
    Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
    Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit;

    ARTHUR RIMBAUD

     


    votre commentaire
  • " Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien...La termitière future m'épouvante. Et je hais leurs vertus de robots. Moi, j'etais fait pour être jardinier"..... Telles sont les dernières phrases écrites par le commandant Antoine de Saint Exupery, dans une lettre retrouvée sur son bureau, au matin de sa disparition... Trente millions d'exemplaires de son oeuvre majeure, " Le petit Prince" ont été vendus dans le monde, en cent soixante traductions....

     

    Le " Petit Prince " a traversé presque toutes les enfances heureuses  qui furent à l'écoute de l'institutrice ou de la maman, sûres de lire un  conte pour enfants pusqu'on y trouve des animaux et des fleurs qui parlent, des planètes-jouets, et surtout cet enfant venu d'ailleurs, à la pureté désarmante, au chagrin mystèrieux. Plus tard, lorsqu'on a quitté l'enfance heureuse et qu'on relit " le Petit Prince"  on  comprend  que ce peut être aussi un conte pour enfants, mais que seuls les adultes sont capables d'en saisir la portée symbolique... La rose, ses épines et ses caprices, les personnages devenus des petites planètes résignées, le renard pédagogue dans le théâtre des humains, c'est mille chemins nouveaux qu'on identifie parce qu'on les a déjà parcourus... Et puis vient le temps des relectures tardives, surprenantes parce qu'on trouve encore dans l'aventure du Petit Prince la trace de ce qu'on a pu être, ou voulu être.. On se retrouve sur son chemin, juusqu'au bout, jusqu'à sa fin , bouleversante et simple ....

     

    Né en 1900, à Lyon, Saint-Exupery vit ses deux échecs aux concours d'entrée à l'Ecole Navale et à l'Ecole Centrale comme des drames dont il se remet en décidant de devenir pilote d'av ion. Il travaille alors pour Didier Daurat-le responsable des premiers long-courriers, il est nommé à Cap-Juby, au Maroc, puis à Buenos Ayres. Devenu ensuite reporter pour "Paris Soir", il voyage en Russie, en Espagne. Il revient en 1937 à l'aviation, assure la liaison Casablanca-Tombouctou. Il commence la guerre en 1939, mais il est démobilisé en 1940,atteint par la limite d'âge. Il part alors pour New York, mais en 1943, se fait engager dans les forces aériennes françaises. Il effectue des missions de reconnaissance. Le 31 juillet 1944 à 8h45 il s'envole de la base de Bastia-Borgo pour un survol des Alpes.. A 15h on l'attend. Il ne reviendra pas. L'épave de son Ligthning P38 a été découverte au large de Marseille à la fin de l'année 2003.

     

    SAINT EXUPERY EN PENSEES

     

     - Adieu, dit le Renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux ......(Le Petit Prince)

     

      -Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits, quelque part- (Le Petit Prince)

     

     - Il est bien plus difficile de se juger soi même que de juger autrui .(Le Petit Prince)

     

     -On ne connaît que les choses qu'on apprivoise .. Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé...(Le Petit Prince)

     

     -Le langage est source de malentendu - (Le Petit Prince)

     

     -C'est tellement mystérieux, le pays des larmes (Le Petit Prince)

     

     -L'intelligence ne vaut qu'au service de l'amour - ( Pilote de guerre)

     

     -Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction- ( terre des hommes) ...

    SAINT EXUPERY


    votre commentaire
  • VOLTAIRE

     

    Écrivain et philosophe français

     

    1694-1778

     

    François Marie Arouet, dit plus tard Voltaire, est né officiellement le 21 Novembre 1694 à Paris et baptisé le lendemain. A plusieurs reprises il prétendra être né en réalité le 20 février 1694, le baptême aurait été retardé du fait du peu d'espoir qu'il avait de rester en vie

     

    ETUDES : 1704-1711

    Il commence ses études en 1704 au collège des Jésuites, il y fait de brillantes études de rhétorique et de philosophie, obtient des premiers prix. Cette éducation l'initie aux plaisirs de la conversation et du théâtre. Vers 1706 il compose une tragédie "Amullus et Numitor" , on en trouvera plus tard des extraits qui seront publiés auXIXème siècle. Après sa classe de philosophie, il quitte le collège pour s'inscrire à l'école de droit de Paris.

     

    LIBERTIN :

    En 1712 il tente le concours de l'Académie avec une ode" le vœu de Louis XIII" mais échoue. Il est introduit dans une société libertine , il aime faire étalage de ses talents littéraires et de son esprit désinvolte et frondeur qui se déploie dans des épigrammes.

    En 1716 il est exilé cinq mois à Sully pour des vers sur les amours incestueuses du Régent Philippe III.

    En 1717 il échappe à la déportation et est emprisonné à la Bastille.

    Les années 1719 a 1724 sont des années de mondanité

    . En 1726 à la suite d'une altercation avec le chevalier de Rohan, Voltaire est emprisonné de nouveau à la Bastille. 

    Il s'exile en Grande Bretagne où il découvre la philosophie de John Locke, les théories scientifiques d'Isaac Newton et la caractéristique de la monarchie britannique dont il assurera la vulgarisation.

     

    SA MORALE :

    " Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire"...Dans la pensée du philosophe anglais Locke, Voltaire trouve une doctrine qui s'adapte parfaitement à son idéal positif et utilitaire.

    Locke apparaît comme le défenseur du libéralisme en affirmant que le pacte social ne supprime pas les droits naturels des individus. En outre c'est l'expérience seule qui nous instruit, tout ce qui la dépasse n'est qu'hypothèse, le champ du certain coïncide avec celui de l'utile et du vérifiable.

    Voltaire tire de cette doctrine la ligne directrice de sa morale : la tâche de l'homme est de prendre en main sa destinée, d'améliorer sa condition, d'assurer, d'embellir sa vie par la science, l'industrie, les arts et par une bonne police des sociétés ainsi la vie en commun  ne serait pas possible sans une convention où chacun trouve son compte.

    C'est à Voltaire avant tout autre que s'applique ce que Condorcet disait des philosophes du XVIIIe siècle qu'ils avaient pour cri de guerre : RAISON - TOLERANCE -HUMANITE .

    SES CITATIONS :

    "Nous laissons ce monde ci aussi sot et aussi méchant que nous l'avons trouvé en y arrivant".

    "La superstition est à la religion ce que l'astrologie est à l'astronomie , la fille très folle d'une mère très sage"

    "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire"

    " Les hommes discutent, la nature agit".

    "Plus les hommes seront éclairés et plus ils seront libres".

     

     


    votre commentaire
  • Un styliste! voilà ce que Louis Ferdinand Destouches, dit Celine, désirait que les générations futures retinssent de lui. Lorsque vous aurez lu  le Voyage au bout de la nuit, v ous déciderez..

     

    Louis Ferdinand Destouches, né le 27 Mai 1894 à Courbevoie,  a grandi dans une boutique de dentellerie , passage  Choiseul à Paris,  qui s'était engagé  en 1912  pendant trois ans dans la cavalerie, qui, a 20 ans , marchait au pas  jusqu'aux tranchées, Louis qui  s'est blessé près d'Yprès, qui a été démobilisé en 1915, qui a séjourné au Cameroun pour une compagnie forestiere , qui est devenue conférencier à la mission Rockefeller .....Mais qu'est ce qui vous a pris Louis ?

     

    Qu'est ce qui vous a pris Louis Frdinand Celine, vous qui reprenez vos études en 1919, devenez médecin en 1923, soutenez votre thèse de doctorat sur la vie et l'oeuvre de Philippe Ignace Semmelweis, chirurgien hongrois du XIXe siècle persécuté par ses collègues parce qu'il veut les faire se laver les mains avant d'opérer, vous qui voyagez aux Etats Unis , au Canada, avant d'ouvrir un cabinet à Clichy, de l'abandonner pour un dispensaire où vous luttez contre l'ennui en commençant à écrire, vous qui publiez, en 1932 " Voyage au bout de la nuit" chez Denoel, qui ratez de deux voix le Goncourt,   obtenez le Renaudot, vous qui jetez à la face des besogneux de la plume  - des vacanceux- comme vous dites - ce roman ( le voyage) qui braille de partout comme une révolution de grognons, avec des lignes en slogans qui parlent à tout le monde, un livre qui met en rage parce qu'il marche dans la rue tout seul, les  mains dans les poches, en sifflotant....

     

    Voyage au bout de la nuit, un livre qui rend jaloux- ou qui fascine, comme Aragon et Triolet  qui le traduisent en russe  Louis-Ferdinand Celine, vous qui poursuivez dans votre enfance votre balade pleine de rancoeurs en publiant " mort à crédit", vous y faites pleuvoir  sur vos lignes - innovation stylistique-  mille et mille points de suspensions, bientôt mélés aux points d'exclamation - de sorte que, dans vos dernières oeuvres, l'on croira que vous écrivez une sorte de morse ! Mais qu'est ce qui vous a pris de publier en 1938  " Bagatelles pour un massacre"? Pourquoi ? Non Louis Ferdinand Celine, non !! votre antisémitisme éructant, votre fureur, votre folie, c'est - pour qui aime votre "voyage au bout de la nuit"  un coup de poignard dans le dos, en traître , et de l'effroi, de la terreur. Pas de pitié...

     

    Vous fuyez en 1944 à Sigmaringen: vous êtes incarcéré à Copenhague. Vous rentrez en France en 1956, vous ouvrez un cabinet à Meudon. Votre compagne, Lucette Almanzor, donne des cours de danse au premier étage de votre maison. Vous ne monterez jamais  jusqu'à ce premier étage, jamais. Vous aviez quelque chose d'étrange Louis Ferdinand Céline, si délabré dans vos dernières années... Vous êtes mort à Meudon le premier juillet 1961

     

     

     
    •  


    votre commentaire
  • Tous les deux  sont inventeurs de génie. Ils prennent les mêmes mots que ceux dont vous vous servez au quotidien, ou que les autres romanciers utilisent, et ils en font un montage si particulier qu'on en reste charmé,ébahi ou fasciné.

    BORIS VIAN :

      Il  sait tout faire, Boris Vian! Il est ingénieur, joueur de trompinette, parolier, chanteur, poète, chroniqueur de jazz et surtout romancier unique en son genre, inimitable, surprenant.

    Il publie en 1946" J'irai cracher sur vos tombes" sous le pseudonyme de Vernon Sullivan. Vian prétend être le traducteur de ce mystérieux américain. Le scandale est immense. Il faut dire que les personnages de l'histoire sont le racisme, la violence, et une sexualité brutale, peu en vogue à cette époque. Davantage exercice de style qu'œuvre engagée, ce roman, victime d'un malentendu, est suivi de fables fantastiques imprégnées d'une poésie tendre et désenchantée. La farandole des mots éblouit, mais au-delà on entend la bouleversante certitude de l'auteur "   la mort ne se fera pas attendre, je mourrai avant quarante ans" disait-il .  Il meurt à trente neuf ans pendant la projection du film " j'irai cracher sur vos tombes "...

     Quelques unes de ses œuvres : Vercoquin et le Plancton- J'irai cracher sur vos tombes - L'écume des jours - L'herbe rouge - L'arrache cœur ....

     

    GEORGES PEREC:

    Jamais il n'a existé, jamais il n'existera de plus grand maître des mots,de plus grand magicien des lettres elles mêmes que le diabolique Georges Perec! Mais comment a t-il fait pour écrire tout un roman sans la lettre " e"? pas un e en plus de deux cents pages! et pourtant, l'histoire tient en haleine" La disparition" ..  - Vous savez  sans doute ce qu'est un palindrome : un mot qui kpeut se lire dans les deux sens, par exemple " Laval"ou " Erdre  ou Anna ou Esope...     Perec a écrit trois pages de mots qui peuvent se lire dans les deux sens .. Ne parlons pas de ses mots croisés, de tous les jeux qu'il pratique avec une vertigineuse virtuosité, en magicien des consonnes et voyelles..

    Parlons de " Les choses"  ou est mise en scène la société de consommation - Parlons de " Je me souviens" , exercice de mémoire, brillant et attachant , - Parlons de " La vie mode d'emploi"  , roman - son chef d'œuvre, immeuble sans façade pour mille et une vies!

    Né le 7 mars 1936 a Paris, Georges Perec dont le père est mort au front en 1940 et dont la mère a disparu à Auschwitz, a quitté les mots et les choses le 3 mars 1982 a IVRY.

                                

    BORIS VIAN-GEORGES PEREC

                       


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique