• Si feu pape Jean Paul II a dit, lors de sa visite au Liban, que celui ci est " plus qu'un pays, c'est un message", Khalil Gibran en est l'un des plus prestigieux porteur, porteur d'un message aussi bien adogmatique que metareligieux, autant patriotique que citoyen du monde.

     

    L'orient est Orient et l'occident est Occident, jamais ils ne se rencontreront, écrivait Rudyard Kipling. Cette sombre prophétie se voit désormais refutée devant ce porteur de plume et de pinceau, au service du verbe et de l'icône, en perpétuel mouvement pendulaire entre Orient et occident., n'appartenant ni à l'un entièrement, ni à l'autre entièrement., qu'est Gibran.

     

    Au moyen d'une fine ouie que lui inspirait l'Orient et d'une subtile vision que lui illuminait l'occident, ce poête peintre a été un bâtisseur de pont entre l'Orient - autel du verbe, et l'Occident - trône de l'icône. Il est l'un des symboles réconciliateurs dans ce choc des ignorances que sévit le monde actuel, entre un Orient qui semble avoir perdu une oreille et un Occident , un œil........

     

    Khalil Gibran est l'un des pères de" l'Occidorient", l'homme de l'autre mondialisation, celle là même qui prône l'unifrication du monde fondée sur l'équilibre dans les attentes du cœur et du mental, celles de la foi et de la logique, et sur les valeurs spirituelles et les exigences technologiques modernes dans le respect de la nature.J.P.DAHDAH

     

    Gibran Khalil Gibran est un poète et peintre libanais né le6 janvier 1883 au Liban et mort le 10 avril 1931 , à New York. . Il a séjourné en Europe et passé la majeure partie de sa vie aux États-Unis.

    Publié en 1923 et composé de vingt-six textes poétiques, son recueil"Le Prophète"  est devenu particulièrement populaire pendant les années 1960 dans le courant de la contre-culture et les mouvements New Age. On a comparé Gibran à William Blacke, et il est appelé par l’écrivain Alexandre Najar " le Victor Hugo " libanais.

     

     

     

    PENSEE DE KHALIL GIBRAN SUR LES ENFANTS:

     

     

    " Vos enfants ne sont pas vos enfants.

      Ils sont les fils et les filles de la Vie qui a soif de vivre encore et encore

        Ils voient le jour à travers vous, mais non pas à partir de vous.

        Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.

        Vous pouvez leur donner votre amour, mais non point vos pensées.

        Car ils ont leurs propres pensées.

        Vous pouvez accueillir leurs corps mais non leurs âmes.

        Car leurs âmes habitent la demeure de demain que vous ne pouvez visiter même dans vos rêves.

       Vous pouvez vous évertuer à leur ressembler,mais ne tentez pas de les rendre semblables à vous.

       Car la vie ne va pas en arrière ni ne s'attarde avec hier "..

     

     

     

    ENFANT CINQ.jpg

     

     


    votre commentaire
  • Le poète s'en va dans les champs

     

     

    Le poète s'en va dans les champs ; il admire,
    Il adore ; il écoute en lui-même une lyre ;
    Et le voyant venir, les fleurs, toutes les fleurs,
    Celles qui des rubis font pâlir les couleurs,
    Celles qui des paons même éclipseraient les queues,
    Les petites fleurs d'or, les petites fleurs bleues,
    Prennent, pour l'accueillir agitant leurs bouquets,
    De petits airs penchés ou de grands airs coquets,
    Et, familièrement, car cela sied aux belles :
    - Tiens ! c'est notre amoureux qui passe ! disent-elles.
    Et, pleins de jour et d'ombre et de confuses voix,
    Les grands arbres profonds qui vivent dans les bois,
    Tous ces vieillards, les ifs, les tilleuls, les érables,
    Les saules tout ridés, les chênes vénérables,
    L'orme au branchage noir, de mousse appesanti,
    Comme les ulémas quand paraît le muphti,
    Lui font de grands saluts et courbent jusqu'à terre
    Leurs têtes de feuillée et leurs barbes de lierre,
    Contemplent de son front la sereine lueur,
    Et murmurent tout bas : C'est lui ! c'est le rêveur

     

    VICTOR HUGO  


    votre commentaire
  • Les poètes romantiques inventorient avec de troubles délices leurs états d'âme, l'état de leurs pensées, celui de leurs amours, ou les trois à la fois, dans des recueils ou domine le ” je” analysant le ” moi”.. La désespérance et le pessimisme sont souvent au rendez vous qu'on ne leur a pas donné. Les longs épanchements sur  l es beautés de la nature se font la main sur le coeur, l'autre à la plume, assis devant l'immensité.. Statiques les romantiques ?  pas toujours..  Ils désirent s'engager dans leur temps, accompagner la marche des idées, et même leur montrer le chemin.. Ainsi on trouve Hugo et Lamartine sur le front de l'action…

    Chateaubriand et Hugo ne sont pas les seuls dans la grande valse romantique… Les poètes Lamartine et son Lac, Vigny et son Loup, Musset et ses Nuits, Nerval et son air, plongent avec délices dans leur ” je” lyrique …

    LAMARTINE : si on dit ” Lamartine” on pense tout de suite ” Le lac”.. C'est ce qui demeure de son héritage dans nos mémoires, la plupart scolaire.. Pourtant Lamartine a navigué dans d'autres eaux .. Alphonse de Lamartine est né le 21 octobre 1790,dans une famille de noblesse de robe.. Après les dures années de pension à Lyon, puis la poursuite de ses études au College de Belley, il ne fait rien , il vit tranquillement dans la propriété familiale  de Milly jusqu'à la Seconde Restauration. Il a alors 25 ans ..  Il écrit des poèmes… il voyage : Rome, Naples, il séduit des femmes: Henriette Pommier qu'il veut épouser, les Parents Lamartine refusent .. une Antoinette et une Graziella en Italie, d'autres femmes mariées, d'autres célibataires .. Il compose des tragédies chrétiennes et des élégies.. 


    Se croyant malade en 1816  il part en cure et rencontre une femme mariée, leur idylle dure un mois … Ils se retrouvent à Paris ou elle l'introduit dans les milieux littéraires, pendant qu'ils vivent leur passion près du vieux mari qui fait semblant de ne rien voir .. Il écrit pour elle  une première version du Lac , poème qui l'a rendu célèbre  dans toutes les générations : ” o temps, suspends ton vol …  Il ne la reverra jamais Julie  devenue Elvire dans ses ” Méditation ..  Lamartine continue d'écrire des poèmes ,il vit une aventure torride avec une italienne Lena de Larche .. Il rencontre ensuite Miss Birch qu'il épouse ..en 1820, cette année  est celle de la gloire pour le poète : la publication de ses Méditations poétiques offre aux lecteurs des pages dont le degré de sincérité surprend et séduit .. On a qualifié ces Méditations d'acte de naissance de la poésie romantique


    La renommée de LAMARTINE s'étend à l'étranger . Pendant dix ans le poète mène une carrière de diplomate qui le conduit de Naples en Angleterre..  Il continue d'écrire toutes sortes de méditations diverses en prose et en vers.  Lors de son séjour à Paris Lamartine rencontre Hugo, Sainte Beuve. Avec l'appui de Chateaubriand, il est élu  à l'académie française..


    En 1830  il réalise un voyage en Orient jusqu'à la terre sainte… Il embarque à Marseille ou la population lui fait un triomphe. Il emmené avec lui sa femme , des amis et Julia sa fille .. Elle meurt a Beyrouth cinq mois plus tard.. Lamartine vit un désespoir profond dont il ne se remettra jamais .. Il écrit sur ce deuil des poèmes bouleversants … Il rentre seul en France..  Il va désormais prendre part à la vie politique sans cesser d'écrire …  Les vingt années qui suivent sont des années de gêne financière, il spécule sur les terres,en poète, il perd beaucoup d'argent, s'obstine, en perd davantage..

    LES POETES ROMANTIQUES : LAMARTINE


    Il écrit de nouvelles méditations… Il vend la propriété de Milly .. Sa femme, son soutien moral,son seul appui meurt .. Le gouvernement lui accorde une pension nationale de deux mille cinq cents francs or, ce qui est aujourd'hui une somme considérable , et un chalet à Passy…


    Peu de temps après, il est victime d'une attaque d'apoplexie, perd la mémoire et la raison … Une seconde attaque emporte le poète en 1869,

     



                                                                  LE PAPILLON

               Naître avec le printemps, mourir  avec les roses,

               Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur :

               Balancé sur le sein ds fleurs à peine écloses.

               S'énivrer de parfums,de lumière et d'azur,

               Secouant , jeune encor, la poudre de ses ailes,

               S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles

               Voilà du papillon le destin enchanté,

                Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,

                Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,

                Retourne enfin au ciel chercher la volupté.

                           ALPHONSE DE LAMARTINE   


    votre commentaire
  • Voici que la saison décline...


    Voici que la saison décline,
    L'ombre grandit, l'azur décroît,
    Le vent fraîchit sur la colline,
    L'oiseau frissonne, l'herbe a froid.

    Août contre septembre lutte ...

    LA FIN DES VACANCES


    votre commentaire
  • La grande cascade

    A cette heure, elle n'est sensible,
    La grande cascade du roc,
    Qui par son tonnerre d'un bloc,
    La nuit la rend toute invisible.

    Et, pourtant, sa rumeur compacte
    Décèle son bavement fou,
    Sa chute à pic, en casse-cou,
    Son ruement lourd de cataracte.

    Un instant, l'astre frais et pur
    Écarte son nuage obscur,
    Comme un oeil lève sa paupière ;

    Et l'on croit voir, subitement,
    Crouler des murs de diamant
    Dans un abîme de lumière.

    M.ROLLINAT

    LA CASCADE


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique