• Nous avons grandi. Pourtant, nos parents continuent à être les seules personnes devant lesquelles nous nous comportons comme des gamins. Comme si le passé nous collait aux chaussures, nous n'osons pas leur parler normalement.

     

     

     

    Il y'a ceux qui ne voient plus leurs parents, ceux qui déjeunent avec eux tous les dimanches, ceux qui vont consciencieusement remplir leur devoir filial deux fois l'an, ceux qui se chamaillent gentiment, ceux qui se crient dessus, ceux qui ne savent s'échanger que de l'argent, ceux qui n'échangent rien du tout, ceux qui s'aiment en silence mais ne se le disent jamais, ceux qui se détestent, ceux qui ont peur les uns des autres, ceux qui se contentent  de relations superficielles...et quelques-uns qui vivent l'intimité, se parlent, et s'aiment...

     

     

     

    Il y'a toutes sortes de relations parent-enfants. Mais,il faut le dire, il y'a peu d'harmonieuse, fluides et belles. Ce n'est la faute de personne. C'est la responsabilité de tous. C'est une relation particulièrement difficile. Elle s'étale sur une très longue durée, elle doit s'adapter et se transformer de nombreuses fois pour permette aux deux parties de s'épanouir. Le lien se crée à la conception de l'enfant, se termine t-il lors du décès du parent ? On porte ses parents en soi toute sa vie , même après leur mort physique..

     

     

     

    Pour redonner vie aux repas de famille, retrouver une relation pleine et riche avec ses parents,devenir adulte et libre de son passé, il y'a un chemin de réconciliation à parcourir.

     

     

     

    Pour se réconcilier, il faut tout d'abord percevoir le conflit.  Dans la meilleure des familles, il y'a des décalages entre les besoins de l'enfant et les comportements des parents.

     

     

     

    Il est très difficile de " remettre en cause" ses parents. Parce que nous confondons trop souvent colère et accusation. Parce qu'ils nous interdit de voir nos blessures. Parce que nous nous sentons coupables....et tant d'autres raisons.  Revisiter notre histoire est pourtant la seule voie pour libérer les sentiments bloqués.

     

     

     

    Pourquoi se contenter d'une relation superficielle quand on peut - et c'est possible dans la plupart des cas- créer une relation d'intimité et de complicité ?

     

     

     

    Toute relation peut évoluer. Pourquoi ne pas oser dire ce qui ne nous convient pas ? Pourquoi ne pas veiller à la santé de la relation ?

     

     

    LES PARENTS


    votre commentaire
  • TIMIDITE ET HYPEREMOTIVITE

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Nous disposons tous des ressources nécessaires  pour trouver notre voie et donner un sens à notre existence.. Mais pourquoi est ce parfois si difficile ? Voici quelques réponses données à ces questions ..

     

     

     

    COMMENT M'ACCEPTER TELLE QUE JE SUIS ?

     

     

     

    Cette question est très importante.. En voici la réponse: il faut apprendre à accepter la réalité de notre être, sans nécessairement approuver ni aimer tous nos sentiments, pas plus que tous les composants de ce que nous acceptons. Cela signifie que nous pouvons approuver ou assumer la totalité de notre être, sans donner accord ni approbation à chacune de nos caractéristiques. Cela est en contradiction directe avec notre éducation., laquelle voudrait que nous fussions parfaits avant que de pouvoir nous accepter et nous approuver. En fait, nous pouvons bel et bien nous accepter en bloc, dans notre réalité, tel que nous sommes ici et maintenant sans pour autant approuver chacune de nos parties, chacun de nos roles, chacun de nos actes. Accepter n'équivaut pas à comprendre.

     

     

     

    La plupart d'entre nous ne comprendront jamais toutes les complexités de la vie : guerres, famines, souffrances, mort, de même nous ne comprendrons jamais toutes les raisons pour lesquelles nous sommes nous mêmes si complexes. Acceptation n'équivaut pas non plus à changement. Le fait d'accepter la vie ne la change pas, le fait de nous accepter nous mêmes ne nous change pas davantage.

     

     

     

    Qu'est ce que l'acceptation ? Cela veut dire prendre, recevoir de bon coeur, admettre en profondeur. Il peut être difficile de s'approuver soi même alors que l'on  aimerait tant être different, mais pour développer l'estime de soi, il est vital de partir de la réalité et de  s'accepter soi meme en totalité; s'accepter, cela signifie se voir tel que l'on est dans l'instant présent et s'autoriser à être.

     

     

     

    S'accepter signifie se regarder et se voir,  intérieurement et extérieurement,sans se juger. Cela équivaut à méditer sur soi, à s'observer de façon objective. Suspendez tout jugement et regardez ce que vous voyez, examinez attentivement ce que vous êtes en réalité.

     

     

     

    Cette introspection n'est pas facile, mais est  nécessaire . Une façon de s'y prendre consiste à se mettre nu devant un grand miroir pour se regarder. Ne détournez pas le regard quand vous observez un détail qui vous déplait : vous avez à présent un regard objectif. Continuez à vous inspecter  jusqu'à voir au dela de votre peau, de votre graisse, de la surface de votre corps. Continuez à vous observer jusquà ce que vous dépassiez les apparences superficielles. N'ayez pas peur. Vous êtes en train de contempler ce que vous êtes en réalité. Et quand vous avez tout vu, acceptez . Voilà ce que vous êtes en vérité. Vous observez de belles choses, intérieures et extérieures  que vous souhaitez conserver, et d'autres moins belles dont vous aimeriez vous débarraser. Vous voyez un être humain. N'agissez pas, ne réagissez pas, contentez vous d'observer. Quand vous vous en avez fini, assurez vus que ce que vous venez de voir est bien : ni bon ni mauvais, ni faux ni juste, simplement bien. C'est ça l'acceptation.

     

     

     

    Une autre façon d'apprendre à s'accepter, c'est de prendre une feuille de papier et de tracer au milieu une ligne verticale. Intitulez la colonne de gauche " ce que j'aime en moi", intitulez l'autre " ce que je n'aime pas en moi "... Puis remplissez les deux colonnes. Prenez votre temps, ajoutez des lignes au fur et à mesur qu'elles vous viennent à l'esprit... De nouveau, n'ayez pas peur. La plupart des gens remplissent plus facilement la colonne négative que la colonne positive. La faute en incombe à leur éducation. Persévérez jusqu'à obtenir  de vous même une image nuancée.. 

     

     

     

    Rappelez vous que vous ne pouvez pas être parfait,  n'oubliez pas non plus de suspendre tout jugement de valeur.. Comme il vous est impossible d'être parfait, il vous est de même impossible d'être parfaitement mauvais.. Chacun de vos cotés que vous n'aimez pas a pour contrepartie un côté que vous aimez. Cessez de ne considérer que les points négatifs, acceptez les positifs.. Tachez de trouver l'équilibre entre les deux..

     

     

     

    L'acceptation est le début de tout : c'est la clef du changement. Il n'est pas nécessaire de changer pour s'accepter.

    L'ACCEPTATION DE SOI

     


    votre commentaire
  • LA PSYCHOTHERAPIE DE GROUPE
     
     Dans un groupe, qu'il soit de deux ou de cent personnes,toute action d'un individu retentit sur l'entourage, c'est une évidence. La psychothérapie de groupe est donc une psychothérapie en commun.Elle permet de prendre conscience de son comportement en société et, par conséquent, de se rendre compte des cotes positifs et négatifs de sa personnalité. Elle permet aussi,( par le psychodrame) de faire remonter " à la surface" certaines difficultés intérieures dont le sujet n'avait pas conscience. Le principe fondamental : toute personne faisant partie du groupe doit être un agent thérapeutique pour tout autre élément du groupe. Il faut donc sélectionner les patients , les diriger,: il faut déterminer la dimension du groupe, choisir la technique, fixer la fréquence et la durée des séances. Il faut aussi examiner, pour certaines personnes, si on peut combiner la psychothérapie de groupe et l'analyse individuelle. Le spécialiste doit posseder une grande expérience. Ce spécialiste reste " neutre", mais chaque membre du groupe doit sentir à quel point il est authentiquement chaleureux et s'identifie à chacun des éléments du groupe
     
    .Il est évident que diriger un groupe est un art difficile qui doit s'apprendre, d'autant que que certaines réactions , parfois très violentes, ont lieu entre les éléments du groupe:à moins que le groupe entier ne concentre son agressivité sur le psychothérapeute. A la psychothérapie du groupe s'associe également le psychodrame. Il débute par un entretien entre le patient et le psychothérapeute. Le patient, par exemple, décrit certaines difficultés qu'il éprouve envers autrui, à ce moment là " il monte en scène". Son action devient complètement libre, il peut jouer son propre rôle dans une situation donnée. L'entourage est représente par les autres membres du groupe.On voit immédiatement que des inhibitions, des blocages , des défoulements, des agressivités peuvent apparaître rapidement( c'est évidemment une situation souvent angoissante mais dont la suite est bénéfique). Dès que le psychodrame est terminé, le jeu proprement dit cesse. Chacun des participants peut ainsi confronter ses impressions avec celles des autres. Chacun peut être sincère, tricher, reprendre un masque, se sentir libéré ou inhibée croire jugé et critiqué, c'est un premier pas vers une prise de conscience de ce qui ne va pas.: inutile de dire que les interactions entre les membres du groupe peuvent être innombrables, souvent le groupe en ébullition , une intense agressivité se dirige vers le psychothérapeute, qui doit rester absolument neutre et impersonnel. 
     
    psychothérapie de groupe ne permet pas d'atteindre l'inconscient profond, comme le fait l'analyse individuelle, mais elle permet de prendre conscience dans une large mesure de ses problèmes avec autrui et de se voir tel qu'on est et d'opérer certaines corrections importantes  

     

    LA PSYCHOTHERAPIE DE GROUPE


    votre commentaire
  • ’ INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

     

     

     

     

    L’intelligence théorique  n’a pas grand chose à voir avec la vie émotionnelle.

     

     

    Nous sommes tous à la merci de nos passions et de nos pulsions, et ce n’est pas un QI élevé qui nous met à l’abri.

     

    L’un des secrets de la psychologie est que, contrairement aux idées reçues les diplomes de QI et les concours ne permettent pas de prédire  de manière certaine ,qui réussira dans la vie. Bien sur , à l’échelle d’un groupe, il existe une relation  entre le QI et la situation des individus – il y’a plus de personnes  avec un faible QI a des postes subalternes que des personnes à un Q.I. élevé.

     

     

     

    Le psychologue  Solvey  rassemble les formes d’intelligence personnelle dans une définition de base de l’intelligence émotionnelle qu’il répartit en cinq domaines principaux.

     

     

     

     

     

     

    a) LA CONNAISSANCE  DES EMOTIONS: la conscience de soi-  le fait de pouvoir identifier ses émotions- est la cle de voute de l’intelligence émotionnelle. Cette capacité est essentielle à la compréhension de soi et à l’intuition psychologique.Quiconque est aveugle à ce qu’il ressent est à la merci de ses sentiments. Par contre, les personnes qui en sont capables conduisent mieux leur vie et perçoivent plus clairement les répercussions intimes de leurs décisions personnelles, qu’il s’agisse du choix d’un conjoint ou d’un métier.

     

     

     

     

    b)LA MAITRISE DE SES EMOTIONS :la capacité d’adapter ses sentiments à chaque situation dépend de la conscience de soi; les personnes qui n’ont pas cette aptitude fondamentale sont en lutte constante  contre des sentiments pénibles , ceux qui la possedent supportent mieux les revers et les contrariétés que  leur réserve la vie.

     

     

     

     

    C) L’AUTOMOTIVATION : Le contrôle de ses émotions est la base de tout accomplissement. Les gens qui possedent cette aptitude  sont en général extrêmement productifs et efficaces dans tout ce qu’ils entreprennent.

     

     

     

     

    d) LA PERCEPTION DES EMOTIONS D AUTRUI:l’empathie, une autre faculté fondée sur la conscience de soi, constitue l’element fondamental de l’intelligence interpersonnelle. Les personnes empathiques sont plus réceptives  aux signaux subtils qui indiquent les besoins et les désirs des autres. Ces individus sont doués pour l’enseignement, la vente ,la gestion, et les autres metiers  ou l’intêret pour les autres est primordial.

     

     

     

     

    e) LA MAITRISE DES RELATIONS HUMAINES : savoir entretenir des bonnes relations avec les autres, c’est en grande partie savoir gérer ses propres émotions. Les personnes qui savent se rendre populaire, qui savent diriger efficacement et conduire leurs relations avec autrui les possedent au plus haut point. Elles réussissent dans toute entreprise fondée sur des rapports harmonieux.

     

     

     

     

    Naturellement ces aptitudes varient d’un individu à l’autre,, certains seront capables de maitriser leur anxieté mais ne sauront pas apaiser les inquiétudes  chez quelqu’un d’autre. Des facteurs neurotonaux sont à l’origine de ces differences, mais le cerveau est d’une plasticité remarquable et apprend constamment.

     

     

     

     

    Le Q.I. et l’intelligence émotionnelle ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, seulement distincts. Contrairement au Q.I. il n’existe pas de test simple pour mesurer l’intelligence émotionnelle.

     

     

     

     

    Un psychologue a pu differencier grace à un test deux types theoriques purs:le premier (celui  dépourvu de toute intelligence émotionnelle) est une caricature de l’intellectuel , competent dans tout ce qui touche l’intellect; maladroit dans la vie privée. A l’inverse, les hommes possedant une grande intelligence émotionnelle évoluent avec aisance dans la vie sociale, ouverts et enjoués, détendus et peu portes à ruminer leurs soucis, leur vie affective est riche mais maitrisée, ils sont à l’aise dans leur vie privée et affective.

     

     

     

     

    Il est bien évident que ce sont les qualités émotionnelles qui nous rendent  plus pleinement humains.

     

    LES EMOTIONS 2

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique