• L’objectif vers lequel tout être humain devrait tendre est, sans aucun doute, celui de vivre mieux. .

    Qu’advient-il de celui qui laisse les maux physique et les conflits psychiques troubler son existence sans réagir? Il vieillit rapidement et ne cesse de se plaindre à propos des occasions qu’il a perdues ou gaspillées. Toute sa personne n’exprime qu’amertume et regrets. Ses meilleures années se sont envolées à jamais et n’ont servi qu’à poursuivre des fantasmes, ressasser des pensées destructrices qui maintenant semblent vaines, stupides et inconsistantes.

    "ah s’il m’était donné de tout recommencer » bougonnent les personnes âgées. Mais il est helas trop tard. Ce qui est fait est fait. La vieillesse devient alors triste et amere, et ces personnes se réfugient alors dans une morbide agonie de l’esprit. Incapables d’évoquer le passé sans frémir, elles attendent que la mort vienne les delivrer de

    COMMENT  VIVRE MIEUX

    leurs souffrances morales. Aucun plaisir dans les souvenirs, aucun écho de rire ou de douceurs passées. L’image que reflète leur mémoire synthétise impitoyablement les années passées vainement et volatilisées.

    On peut parfois se demander comment une personne en mesure de voir, d’entendre, de lire et surtout de raisonner peut être encore optimiste par les temps q ui courent . Mais l’optimiste, bien loin d’être la vertu des sots, est en réalité une conquête ardue de l’esprit qui parvient à être suffisamment fort pour résister aux attaques extérieures et à trouver un motif de satisfaction et de plaisir autour de soi .

    PESSIMISTE ET OPTIMISTE.

    Essayons de voir ce qui distingue un optimiste d’un pessimiste. Ce n’est certes, ni l’intelligence,ni la chance. Ce sont deux personnes diametralement opposées qui se caractérisent par des points de vue différents au moment de juger et d’apprecier une même chose , un meme fait.,une même situation. Voici quelques exemples qui illustreront clairement cette différence .

    - Aux premières lueurs de l’aube, un chat noir traverse soudainement la rue, devant l’optimiste et le pessimiste qui vont réagir de manière totalement différente. Le pessimiste, bien que non superstitieux, arrive vite à se convaincre que dans la journée tout ira fort mal. L’optimiste pense que dans tous les pays anglo-saxons le chat noir est un signe de chance et se réjouit de l’avoir vu. Ou bienl’optimiste ne prête guere attention à l’animal et n’y voit qu’un chat purement et simplement qui n’annonce rien de particulier.

    - Après une longue promenade, l’optimiste et le pessimiste se sentent tous deux fatigués. Le pessimiste s’exclame  » je rentre et vais aussitot aller me coucher, je ne voudrai pas tomber malade demain,cette fatigue ne me dit rien qui vaille », l’optimiste dit  » je rentre à la maison prendre une bonne douche avant de ressortir »

    - l’optimiste et le pessimiste arrivent tard, le soir venu , dans un petit village ou il n’y a qu’un seul hotel et ne trouvent aucune chambre de libre. Le pessimiste se fache et blasphème. L’optimiste pense  » eh bien, je vais en profiter pour voir le lever du soleil  et demain je dormirai douze heures d’affilée.

    - devant un verre à moitié plein, l’optimiste pense : il est encore à demi plein, et le pessimiste,  » il est à moitié vide ».

    - l’optimiste et le pessimiste se font une légère entaille au doigt . Les deux vont chez le medecin, mais le pessimiste se fait aussitot faire une piqure antitetanique, tandis que l’optimiste dit  » j’ai eu de la chance, cela aurait pu être plus grave » …………..

    Les exemples sont innombrables. Tout autour de nous, les occasions ne manquent pas de faire dee telles comparaisons avec nos proches parents ou nos amis. Parfois derrière une phrase ou un commentaire insignifiant se cache un tempérament renfrogné et pessimiste qui assombrit l’atmosphere et répand la tristesse chez les autre.

    Lorsqu’on l’on a mis un peu d’ordre,  lorsqu’on a rétabli l’équilibre entre les forces du bien et du mal, entre l’inconscient et l’intransigeance de la conscience morale, pourquoi ne pas s’accorder le privilège d’être un peu plus optimiste ? Pourquoi ne pas agir de façon différente, ne serait ce que pour changer ?   On peut arriver à être optimiste avec un peu de pratique. On parvient  être optimiste en apprenant à sourire et avec un peu d’autosuggestion. Il ne faut pas confondre l’optimiste avec l’illusion et la naiveté, car les déceptions n’en seraient que plus terribles. L’optimiste n’a jamais exclu les échecs et les erreurs, mais les juge à leur  juste mesure.   


    votre commentaire

  • Les émotions ont besoin d'être libérées. Si on les garde en soi, elles nous oppressent, mais les cris, les pleurs dérangent...

     

    Pour la plupart des gens, il est inconvenant de montrer ses affects en public. Même quand ils sont appropriés après un accident grave, un choc physique ou affectif, une rupture, un deuil.

     

    Les émotions font peur parce qu'elles nous confrontent à une réalité qu'on préférerait ne pas voir, elles nous obligent à la vérité. Les émotions qui ne peuvent être dites creusent un fossé entre les gens qui s'aiment. Ce n'est pas parce qu'une souffrance ne se voit pas qu'elle n'existe pas. Elle peut faire mal longtemps quand elle n'a pas d'espace pour le dire. La plupart des détresses ont pour cause une émotion bloquée. Il y'a peu d'endroits dans notre société où l'on puisse laisser couler ses larmes et éclater sa colère, peu de lieux pour dire ses peurs, et ses angoisse, peu de bras pour se réfugier le temps d'exprimer un chagrin, alors la plupart gardent en eux leurs affects, tentent de les enterrer dans leur inconscient, et vivent une vie dictée par les circonstances et les convenances.

     

    En réprimant nos émotions spontanées, ou en les déguisant pour les rendre conformes et socialement acceptables nous perdons des informations précieuses sur notre vécu psychique. Taire son être intérieur, c'est abdiquer une part de sa liberté, il faut bien pour cela quelques pilules tranquillisantes, anxiolitiques ou somnifères, mais qu'importe, elles sont remboursées par la sécurité sociale.

     

    LES EMOTIONS


    votre commentaire
  • LE BONHEUR EST LE CHEMIN

    On se persuade souvent soi même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre.   

    Plus tard,on se sent frustré parce que nos enfants ne sont pas assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront. On est convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape..

     On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possèdera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.

     La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent.Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce ? La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets àterminer. Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.

    Pendant longtemps j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer , la vraie vie. Mais il y'avait toujours un obstacle sur le chemin,un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors la, la vie allait commencer. Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie . Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur. Le bonheur est le chemin. Ainsi, passe chaque moment que nous avons, et, plus encore, quand on partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps, et que l'on se rappelle que le temps n'attend pas. Alors il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison, ou simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux. Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination. Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux.. Il suffit juste d'apprecier chaque petit moment et de le sacrer comme l'un des meilleurs moments de sa vie :

    - tomber amoureux, rire  ,

    - trouver des mails dans sa boites,

    - conduire vers des paysages magnifiques en terre inconnue,

    - se coucher dans son lit en écoutant la pluie tomber

    -, sortir de sa douche et s'essuyer avec une serviette toute chaude,

    -réussir son dernier examen,

    -avoir une conversation intéressante,

    -se réveiller en pleine nuit en se rendant compte que l'on peut encore dormir quelques heures,

    - admirer le coucher de soleil,

    - se faire des nouveaux amis 

    - se faire tranquillement masser le dos et s'endormir paisiblement.

    -Sentir un vent doux et frais nous caresser la joue

    - .Entendre dire que l'on nous aime et vivre paisiblement les petits moments qui nous réchauffent le coeur et l'âme.. Les vrais amis viennent dans les bons moments quand on les appelle, et dans les mauvais moments,ils viennent d'eux mêmes.

    -Apès tout cela, une bonne réfléxion s'impose.

     

    65b17de2.jpg


    4 commentaires
  • L'ESTIME DE SOI INFLUENCE NOS RENCONTRES :LE BESOIN DE COHERENCE

    L'être humain a un besoin de cohérence. La vision qu'il a de lui même doit correspondre à la vision qu'il pense que les autres ont de lui.  Ce besoin de cohérence est nécessaire car il permet d'avoir des relations sociales " normales"..Imaginez que vous ayez une mauvaise estime de vous, mais que tous les gens autour de vous pensent " waow, ce gars a une sacrée confiance en lui" . Cela déboucherait sur des comportements inadaptés de part et d'autre, des incompréhensions, voire des conflits, car vous ne comprendriez pas que les autres pensent cela de vous ( même si cela peut vous faire du bien momentanément,vous auriez vite peur de ne pas être à la hauteur des attentes ...))

    LE PHENOMENE D'AUTO VÉRIFICATION

    Ce besoin de cohérence implique un phénomène d'auto vérification. Cela signifie que nous recherchons auprès d'autrui la confirmation de la représentation que nous avons de nous mêmes et nous nous présentions spontanément de façon à susciter cette confirmation. Évidemment si on interrogeait une personne dans la rue et qu'on lui demandait " essayez vous de donner une bonne image  de vous quand vous rencontrez quelqu'un pour la première fois?"  elle vous répondrait " oui évidemment". Et ce serait vrai. Mais ce n'est pas si simple. Malgré nos efforts, nous envoyons certains signaux aux autres. Une bonne ou une mauvaise estime de soi se voit, de façon inconsciente : gestes, phrasé, gestuelle hésitants ou assurés. En d'autres termes, nous sommes nos meilleurs amis, ou nos pires ennemis... Car une personne ayant une estime de soi positive, recherchera des gens qui lui renvoient cette bonne image qu'elle a d'elle même. Et, bizarrement, la même-chose se passe en cas d'estime de soi négative. Et ce besoin d'auto vérification est quelquefois supérieur à d'autres besoins, comme celui de se sentir heureux...

    ETRE OU PARAITRE ?

    Notre besoin d'auto vérification entre souvent en conflit avec notre besoin de valorisation, c'est à dire le besoin qui nous pousse à nous montrer intelligents et spirituels en société, ce qui est assez épuisant à la longue. Il s'avère que le besoin de valorisation est important., mais qu'il ne fonctionne que sur du court terme, c'est à dire au début d'une relation, pendant la phase de séduction et de mutuelle idéalisation. Cela explique que les mariages qui tiennent le plus longtemps sont ceux dans lesquels chacun est " lucide " sur son compagnon, contrairement à ceux où l'un des partenaires a une image de l'autre trop idéalisée.

    "TU ES TROP BIEN POUR MOI"- LE SYNDROME DE L'IMPOSTEUR

    Il arrive cependant qu'il y ait un décalage entre ce quelqu'un pense de lui même et ce qu'il croit que l'autre pense de lui. Par exemple, celui qui a une mauvaise estime de soi  pense alors qu'il ne mérite pas l'attention de son partenaire et que ce dernier va finir par démasquer " l'imposteur"... Il fait tout alors pour " lui ouvrir les yeux" : jalousie agressive, crises d'angoisses ou dévalorisation  de soi constante. Après avoir provoqué la rupture, il se dira " j'avais raison, je suis vraiment nul" ce qui va ainsi confirmer ce qu'il pensait déjà de lui..  Ce cas est extrême, mais ce " syndrome de l'imposteur" apparaît aussi au quotidien : nous avons alors tendance à minimiser les compliments que nous ne pensons pas justes ( " oh, je n'ai fait que suivre la recette" ou " tout le monde aurait pu le faire" . C'est ce qu'on peut appeler la modestie.

    En ce qui concerne les critiques, celles qui " disent la vérité" nous touchent plus durement que celles que nous pensons exagérées. Mais les critiques qui reflètent ce que nous pensons peuvent nous donner un coup de fouet et nous " faire bouger"- Ce sont les plus efficaces.

     

    bf0059aa.jpg


    2 commentaires
  • On aimerait comprendre le fonctionnement de l'être humain, changer et aller mieux, mais on n'a pas forcement le temps de lire d'imposants ouvrages de psychologie, voici donc, en quelques articles un résumé de la connaissance de soi et de son vécu...Dire l'essentiel en peu de mots : A comme Amour,B comme bonheur, C comme communication ...

     

    K comme Kleenex   ( sechez cette larme que je ne saurais voir )

    Pleure t-on forcément chez le psychologue ? Doit-on s'armer d'une boite de kleennex lorsque on entre dans son cabinet ? Non, bien sur, car il en dispose plus d'une boite ...

    Plus sérieusement, les larmes ne sont pas nécessairement au rendez vous lorsqu'on entreprend un travail sur soi. Cette croyance erronée provient de la confusion qui règne encore entre le travail d'une psychologue et celui d'un psychanalyste.

     

    Le psychologue aide son patient à  :

     

    - mettre des mots sur son vécu et ses sentiments problématiques.

    - résoudre une difficulté particulière( par exemple problème de communication avec son conjoint).

    - comprendre et modifier certains comportements ( alcoolisme-violence, etc ...)

    -apprendre de nouvelles attitudes ( affirmation de soi, gestion de la colère, etc ....)

    Il n'est absolument pas nécessaire de remonter le temps et de raconter son enfance, contrairement aux idées reçues.

     

    QUI SONT LES PSYCHOLOGUES ?

    Un psychologue ne peut se prétendre tel et exercer en cabinet  que s'il a achevé une formation universitaire complète couronnée d'une maîtrise ( ou  diplôme équivalent). Sa formation ne l'autorise pas à entreprendre des psychothérapies. Pour cela, il doit encore effectuer une formation post grade poussée notamment au contact des patients psychiatriques ainsi que de nombreuses heures de supervision et de travail sur soi ..

     

    Chez le psychanalyste au contraire, on va faire un long et patient travail d'exhumation de conflits et de traumatismes refoulés dans l'inconscient. Les souvenirs, les rêves, les lapsus, toutes les pensées même les plus anodines servent de matériel pour trouver un accès à la partie sombre du psychisme. Au cours de l'élaboration, des motivations secrètes et des affects refoulés ont toutes les chance de refaire surface dans la conscience, entraînant pleurs et colères.

     

    LE ROLE DES LARMES :

    Au delà de ces différences de nature professionnelle, on peut s'interroger sur la place des larmes et de la tristesse dans la société actuelle. Pourquoi serait-il honteux ou inconvenant de se laisser aller à verser quelques larmes, à montrer sa détresse ?

     

    - Est ce le résidu d'une éducation rigide et castatrice qui relègue l'expression des émotions dans le royaume de l'interdit?( un vrai homme ne pleure pas, par exemplel)

    -Est ce la gêne de montrer sa faiblesse et sa vulnérabilité aux yeux des autres ?

    - Est ce le résultat d'un conditionnement véhiculé  par les modèles présentés sur les écrans de cinéma et de télévision?

     

    Mais à force de contenir sa tristesse, de l'intérioriser ,on finit par l'imprimer dans son organisme et par mettre en péril son équilibre. Des troubles de nature psychosomatique peuvent apparaître, tel des ulcères, des eczémas, des poussées d'herpes, de même que des troubles psychiques ( dépression, angoisse) ..Il a même été démontré que les défenses du corps, son immunité, accusent une diminution marquée à ces occasions, rendant les maladies  de toutes sortes plus probables.

    Il est donc recommandé d'extérioriser sa tristesse et de laisser couler ses larmes.

     

    b28c9707--LARME.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique