• Les mauvaises langues racontent que le patissier s'est fait une religieuse en un éclair..

     

    Que le poissonnier fait le maquereau avec une morue,

     

    Que le volailler court toujours après ses poules mais qu'il y laisse des plumes

     

    Le charcutier n'est pas mieux loti, il a épousé un boudin! quelle andouille!

     

    Le boucher s'est mordu la langue en taillant une bavette

     

    Le cafetier a servi des demis à un jeune mousse

     

    A force de chanter, le vétérinaire a eu un chat dans la gorge ce qui lui a occasionné une fievre de cheval...

     

    Quand au boulanger qui s'était fait rouler dans la farine, il est maintenant dans le pétrin..

     

    Le plombier a pris la fuite en fumant un joint avec le couturier qui a choissi de monter un col plutôt que de traverser la Manche.

     

    Le cordonnier qui les accompagnait s'est fendu le cuir chevelu sur une route en lacets

     

    L'épiciere a pris une "amande" en passant à l'orange.

     

    Parti en vacances, le bijoutier a laché une perle dans une riviere de diamants

     

    le pharmacien lui, s'est " emmerdé" au lac Satif..

     

    Le seul qui va bien c'est un bûcheron qui est en permanence sous le charme en écoutant Dutronc .....

     

    En conclusion, il faut être un facteur un peu timbré pour prendre cette histoire au pied de la lettre...

     

     

    JEU DE MOTS


    votre commentaire
  • L’AUTRE VERSANT DE L’ÊTRE HUMAIN

     

     Il est plus facile de définir le désir par rapport à ses opposés que de dire en quoi il consiste. De Platon à Freud on a confronté le désir :

    la raison

    ,-Au besoin,

    - A la volonté 

     

    RAISON ET DESIR :

     

    Dans Phèdre Platon compare l'âme à un attelage comprenant un cocher ( la raison) et deux chevaux , l'un est blanc et obeissant, il symbolise le courage, l'autre est noir et  rétif, il réprésente le désir. Après Platon, nombre de philosophes et de courants de pensée ont vu dans le désir une puissance obscure et aveugle qu'il convenait de maîtriser. Le bouddhisme en Inde va même jusqu'à voir dans le désir la source de tout mal et dans son extinction la délivrance de l'être humain.

    La raison est ordonnée alors que le désir est chaotique, elle est clairvoyante alors qu'il est aveugle, elle est libre alors qu'il est esclave, elle est bonne alors qu'il est mauvais.

     

    BESOIN ET DESIR :

     

    Le désir a souvent été opposé au besoin, le besoin est physique, le désir psychique, le besoin est naturel, le désir culturel, le besoin est fini, le désir infini, le besoin est réel, le désir est imaginaire, le besoin est de l'ordre du possible, le désir celui de l'impossible, le besoin est nécessaire, le désir est contingent … Dans notre confrontation, le désir apparaît comme un luxe, le besoin est lié à la nécéssité. On  meurt de ne pouvoir manger ou boire, on continue de vivre avec des désirs insatisfaits.

     

    VOLONTE ET DESIR : 

     

    Le désir a été aussi opposé à la volonté, la volonté est rationnelle, le désir irrationnel, la volonté est réaliste, le désir irréaliste, la volonté est consciente, le désir inconscient, la volonté est finie, le désir infini. Quelle différence y a t-il entre un prisonnier qui veut sortir de prison et celui qui se contente d'en rêver ? Le premier fait tout pour y parvenir, son comportement, ses actes sont orientés vers cet objectif. Le second trouve dans son imagination une compensation à la froide réalité, il rêve seulement d'être libre.

     

    LE DESTIN DU DESIR :

     

    Un désir peut être :

    - satisfait lorsque l'objet du désir est atteint,

    - refoulé, lorsque l'objet du désir n'est pas atteint et que le désir retourne à l'envoyeur ( l'inconscient),

    - sublimé, lorsque l'objet du désir n'est pas atteint mais que le désir trouve satisfaction indirecte, symbolique, dans un monde plus idéal ( l'art,la religion,l'action  , le travail d'une manière générale) que celui d'où la pulsion vient .

     

    LE DESIR

    JOYEUX NOEL A TOUS 

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le mensonge sera souvent le péché du questionneur  lequel rend la vérité plus dangereuse.

    on nie la vérité mais on ne croit pas à l’erreur, l’erreur agite, la vérité repose.

    L’amour de la vérité n’est pas le besoin de certitude, et il est bien imprudent de confondre l’un avec l’autre.

    Dire de deux choses qu’elles sont identiques est une absurdité et dire d’une chose qu’elle est identique à elle même ne veut rien dire du tout

    Il faut faire le sacrifice de ses préferences mais pas celui de ses convictions.

    une vie sans avenir est souvent une vie sans souvenir.

    Posseder comme seule certitude la sagesse de l’incertitude.

    La passion c’est ressentir profondément, mais le fait qu’un sentiment ne soit pas controle n’implique nullement qu’il soit plus profond qu’un sentiment discipliné : les rivieres profondes sont les plus silencieuses.

    La seule aristocratie est celle de la conscience.

    L’absence ne tue l’amour q ue s’il est malade au départ.

    Le coeur le plus sensible à la beauté des fleurs est toujours le premier blessé par les épines   

    CITATIONS DIVERSES

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    A travers les siècles, de nombreux écrivains très différents quant à leur situation personnelle, leurs croyances, leurs origines sociales et leur histoire sont parvenus à mettre des mots sur des pensées profondes qui nous convainquent de certaines vérités et valeurs universelles.

    Voici quelques pensées sur le rapport de l'être humain avec la nature et la beauté.

     

    TROIS CONDITIONS :

     

                                    Le but est de réussir une construction.

                                    Pour cela il y'a trois conditions:

                                    Solidité,confort et bonheur .

                                                                                                           HENRY WOTTON


    DESSIN : 

    Je préfère le dessin à la conversation. Le dessin est plus rapide et laisse moins de place au mensonge ...LE CORBUSIER

     

    AMOUR DE LA TERRE :

    Nous maltraitons la terre car nous la considérons comme un bien nous appartenant. Lorsque nous l'envisagerons comme une communauté à laquelle nous appartenons, nous commencerons peut être à l'aimer et à la respecter ….ALDO LEOPOLD

     

    BELLE REPONSE :

     

    j'ai interrogé la terre, la mer et ses profondeurs, les animaux et les choses rampantes, j'ai interrogé les vents qui soufflent, les cieux, le soleil, la lune et tout ce qui se trouve à l'orée de ma chair … 

    Mon interrogation était le regard que je portais sur eux.

    Leur réponse fut leur beauté.      SAINT AUGUSTIN 

     

     

     

    RESPECT ENVERS TOUTE CHOSE :

    Il faut respecter les anciens,

    Chérir les jeunes et ne pas blesser

    les insectes, l'herbe ou les arbres.   KO HUNG

     

      NATURE :

     

    Le meilleur remède pour ceux qui sont effrayés, seuls ou malheureux  est d'aller dans un endroit où ils peuvent être au calme, seuls avec les cieux,

    la nature, et Dieu…

    Seulement alors comprend-on que tout est comme il se doit et que Dieu souhaite voir son peuple heureux parmi la beauté simple de la nature….. ANNE FRANK

      

    INTOXICATION :

     

    L'été est la période où l'on se défait de ses tensions comme de ses vêtements, et une journée parfaite offre alors un baume de choix à l'esprit meurtri.

    Quelques jours de cet acabit et vous parvenez à vous énivrer de la conviction que tout est pour le mieux sur terre. ADA HUXTABLE  

     

    PENSEES

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    ODE AU CHAT

     


    Au commencement
    les animaux furent imparfaits
    longs de queue,
    et tristes de tête.

    Peu à peu ils évoluèrent
    se firent paysage
    s’attribuèrent mille choses,
    grains de beauté, grâce, vol...
    Le chat
    seul le chat
    quand il apparut
    était complet, orgueilleux.
    parfaitement fini dès la naissance
    marchant seul
    et sachant ce qu’il voulait.

    L’homme se rêve poisson ou oiseau
    le serpent voudrait avoir des ailes
    le chien est un lion sans orientation
    l’ingénieur désire être poète
    la mouche étudie pour devenir hirondelle
    le poète médite comment imiter la mouche
    mais le chat
    lui
    ne veut qu’être chat
    tout chat est chat
    de la moustache à la queue
    du frémissement à la souris vivante
    du fond de la nuit à ses yeux d’or.

    Il n’y a pas d’unité
    comme lui
    ni lune ni fleur dans sa texture:
    il est une chose en soi
    comme le soleil ou la topaze
    et la ligne élastique de son contour
    ferme et subtil
    est comme la ligne de proue d’un navire.
    Ses yeux jaunes
    laissent une fente
    où jeter la monnaie de la nuit.

    Ô petit empereur
    sans univers
    conquistador sans patrie
    minuscule tigre de salon,
    nuptial sultan du ciel
    des tuiles érotiques
    tu réclames le vent de l’amour 
    dans l’intempérie
    quand tu passes
    tu poses quatre pieds délicats
    sur le sol
    reniflant
    te méfiant de tout ce qui est terrestre
    car tout est immonde
    pour le pied immaculé du chat.

    Oh fauve altier de la maison,
    arrogant vestige de la nuit
    paresseux, gymnaste, étranger
    chat
    profondissime chat
    police secrète de la maison
    insigne d’un velours disparu
    évidemment
    il n’y a aucune énigme
    en toi:
    peut-être que tu n’es pas mystérieux du tout
    qu’on te connaît bien
    et que tu appartiens à la caste la moins mystérieuse
    peut-être qu’on se croit
    maîtres, propriétaires,
    oncles de chats,
    compagnons, collègues
    disciples ou ami
    de son chat.

    Moi non.
    Je ne souscris pas.
    Je ne connais pas le chat.
    Je sais tout de la vie et de son archipel
    la mer et la ville incalculable
    la botanique
    la luxure des gynécées
    le plus et le moins des mathématiques
    le monde englouti des volcans
    l’écorce irréelle du crocodile
    la bonté ignorée du pompier
    l’atavisme bleu du sacerdoce
    mais je ne peux déchiffrer un chat.

    Ma raison glisse sur son indifférence
    ses yeux sont en chiffres d’or.
    .

     

     

     

    PABLO NERUDA

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires