• Aujourd’hui je parlerai des émotions, sentiments, humeur, et tempérament!

     

     

    Une émotion est une réponse physiologique à une stimulation…Les émotions font partie de notre équipement de survie. Leur fonction biologique est double :

     

    - Produire une réaction spécifique à la situation déclencheur

    - Réguler l’état interne de l’organisme pour maintenir son intégrité.

     

    Nombre de personnes mettent d’emblée l’angoisse dans la colonne émotion. Il est vrai que l’angoisse est assortie de nombreuses sensations physiques, c’est un ressenti qui paraît physiologique…En fait, ce n’est pas une émotion, c’est un mélange d’émotions ( peur et colère, peur et tristesse, peur sur conflit colère/tristesse …)ce qui en fait un sentiment parasite..

     

    Une émotion dure quelques minutes au plus et se déploie en trois temps: charge, tension, décharge…L’émotion guide l’organisme vers une réaction adaptée à l’environnement. La décharge est la phase d’expression qui permet au corps de revenir à son équilibre de base…

     

    Nous aimerions éviter la souffrance, faire taire ces émotions qui expriment nos blessures … Comme si nous pouvions éviter les déchirures de la vie. Nous sommes tentés de croire que nos émotions sont des erreurs de la nature à rectifier par un contrôle sévère . La nature nous a pourtant dotés d’un système émotionnel pour notre plus grand bien.. Le système émotionnel dont notre cerveau est doté est utile! nos émotions sont à notre service.

     

    SENTIMENT

     

    Un sentiment est un état affectif complexe.combinaison d’éléments émotifs et imaginatifs, plus ou moins clair, stable.. Le sentiment s’étaye sur une émotion ou se constitue à partir d’un mélange d’émotions: le sentiment de culpabilité,par exemple, est fait de peur et de colère retournée contre soi .. L’émotion est une information transmise par le corps. Le sentiment est une construction, une élaboration de notre lien à autrui, une orientation psychique.. Il est interne, privé et n’est pas accompagné de modifications physiologiques importantes..

     

    Il peut durer toute une vie, comme un sentiment d’amour ou de haine .. En général, exprimer un sentiment le renforce. Pour se libérer d’une émotion désagréable, à condition qu’elle soit authentique, il suffit de l’exprimer.. Pour se libérer d’un sentiment douloureux, il est nécessaire de démêler les noeuds émotionnels..  » j’ai peur de parler devant vous, j’ai les mains moites ,une boule dans la gorge » …. C’est une émotion , une réaction physiologique de trac appropriée devant un public… ‘ » Je suis angoissée , dit souvent cette personne à son mari ,qui part sur les routes  » c’est un complexe d’émotions, un sentiment qui recouvre ses émotions véritable, l’exprimant, elle l’entretient et s’y enferme …

     

    HUMEUR

     

    Une humeur est un état passager, une ambiance affective qui colore le vécu. Elle dure de quelques heures à une journée. Elle peut s’installer progressivement ou changer brusquement.

    Elle est en général le résultat d’une émotion non exprimée. Elle peut naître à la suite d’un rêve, d’une association inconsciente, d’un conflit entre plusieurs émotions. Nos rêves mettent en image des émotions que nous avons du mal à nous avouer.. Ils nous révèlent des conflits internes dont nous resterions volontiers inconsconcients. Le rêve est parfois si crypté que sa signification nous échappe, mais l’humeur qui en découle trahit nos sentiments.

     

    L »humeur peut aussi être liée à un processus physiologique sans lien avec une émotion. Hormone et humeur ont la même racine.

     

    TËMPERAMENT

     

    Un tempérament est une habitude émotionnelle apprise dans l’enfance. Il peut marquer la personne toute une vie. Convaincus de la véracité de nos croyances sur nous mêmes ( je suis colérique, timide …) nous les entretenons par nos réactions stéréotypées.

     

    Non votre tempérament n’est pas votre identité! vous pouvez en changer s’il est inconfortable.. Bien sur il y’a des seuils de sensibilité différents, notre histoire joue un grand rôle dans la construction de notre sentiment d’identité.. De plus,il faut se rappeler que notre cerveau est malléable, nous disposons d’une plus grande liberté que nous le croyons..

     

    Si l’ensemble des spécialistes actuels s’accordent à peu près sur les définitions, chacun opère son propre classement, tant il est difficile de mettre l’expérience humaine en lignes et colonnes. Certains ne verront que quatre émotions dites  » de base » : la peur, la colère, la tristesse et la joie. Quelques psy incluront l’amour. Les neurophysiologistes ajouteront la surprise. Au psychothérapeute sont exprimées des émotions qu’on n’ose pas dire ailleurs.. Le psychothérapeute, témoin du réflexe de vomissement de la personne qu’il accompagne, classera le dégoût au rang des émotions…

     

    C’est dire si tout ce travail de clarification est encore en évolution, en construction…

     

     

    LES EMOTIONS


    votre commentaire
  • DE L'ANXIÉTÉ A L'ANGOISSE

    Il n'y a pas de différences clairement établie par les professionnels entre anxiété et angoisse. Cependant, l'usage semble réserver le terme d'angoisse à une anxiété paroxystique accompagnée de troubles psychiques. Anxiété et angoisse s'inscrivent donc dans un continuum.

    Une certaine anxiété avant un examen, avant une épreuve, un changement important ou face à un avenir incertain est naturelle et utile. Elle devient pathologique quand elle est excessive, déplacée ou s'installe de façon chronique. L'anxiété est en ceci différente de la peur que son objet est vague et inconsistant. Ce n'est plus tant une émotion avec un déclencheur, un début, un déroulement et une fin, qu'une humeur qui s'installe et colore le vécu. La disparition du danger calme la peur, mais pas l'angoisse.

    Sensation d'étouffement, palpitations cardiaques, bouffées de chaud et froid, fourmillements, tête vide, transpiration, mains moites, peur de mourir,  sont des troubles de l'angoisse.....L'angoisse est un mélange d'émotions. Elle se développe lorsqu'il y'a opposition entre deux parties de soi, l'une qui tente de se conformer pour être aimée, et l'autre qui cherche l'autonomie. Le conflit s'installe devant l'impossibilité de satisfaire simultanément les besoins de sécurité et de liberté de protection et de création.  En d'autres termes, l'angoisse est le reflet d'une ambivalence ingérable : une peur et un désir, une peur et une colère ou encore entre deux désirs contradictoires.

    Ne se laisse piéger dans ce genre de conflit que celui qui n'a pu construire un sentiment solide de sécurité intérieure...

    L'angoisse est évidemment d'intensité très variable. Elle est différente dans son vécu - angoisse d'anéantissement, de morcellement, de dévoration, de destruction, ce castration, d'infériorité - en fonction de l'âge auquel les émotions ont été bloquées, et de la nature du traumatisme. Car elle est déclenchée par des événements d'aujourd'hui, mais prend racine dans l'enfance. Les pires angoisses sont suscitées par la séparation, l'indifférence parentale, l'abandon ou l'obligatoire soumission à des parents violents, méprisants, sexuellement abuseurs, et. ou eux même très angoissés.

    Cependant, aucun petit d'homme ne peut faire l'économie des traversées d'angoisse qui jalonnent son développement. Chaque étape vers l'autonomie, dire non, marcher tout seul, aller à l'école marque un éloignement de sa maman. Les séparations, le partage obligé par la naissance d'un petit frère , font partie de sa croissance. Il apprend à juguler ses angoisses grâce à l'amour inconditionnel de ses parents.

    ANXIETE ET ANGOISSE

     

     


    votre commentaire
  • Mon enfant, ma soeur,

     

    Songe à la douceur

     

    D’aller vivre là – bas ensemble!

     

    Aimer à loisir

     

    Aimer et mourir

     

    Au pays qui te ressemble

     

    Les soleils mouillés

     

    De ces ciels brouillés

     

    Pour mon esprit ont les charmes

     

    Si mystérieux de tes traitres yeux

     

    Brillant à travers leurs larmes.

     

     

    La, tout n’est qu’ordre et beauté,

     

    Luxe, calme et volupté.

     

     

    Des meubles luisants,

     

    Polis par les ans,

     

    Décoreraient notre chambre,

     

    Les plus rares fleurs

     

    Mêlant leurs odeurs

     

    Aux vagues senteurs de l’ambre

     

    Les riches plafonds,

     

    Les miroirs profonds,

     

    La splendeur orientale,

     

    Tout y parlerait à l’âme en secret

     

    Sa douce langue natale.

     

     

    La , tout n’est qu’ordre et beauté,

     

    Luxe, calme et volupté.

     

     

    Vois sur ces canaux

     

    Dormir ces vaisseaux

     

    Dont l’humeur est vagabonde,

     

    C’est pour assouvir ton moindre désir,

     

    Qu’ils viennent du bout du monde

     

    Les soleils couchants

     

    Revêtent les champs

     

    Les canaux,

     

    La ville entière,

     

    D’hyacinthes et d’or,

     

    Le monde s’endort

     

    Dans une chaude lumière.

     

     

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

     

    Luxe , calme et volupté.

     

     

    CHARLES BAUDELAIRE   Les Fleurs du Mal

     

     

     

    mes tubes romantique

     

    Les Fleurs du mal sont un recueil  poétique de Baudelaire publié en 1857, reprenant toutes ses créations depuis  1840. L’ouvrage a été retouché en 1861 après avoir été condamné en justice pour  immoralité, puis complété à titre posthume en 1868 pour sa dernière édition.  Baudelaire y évoque ses tourments internes, la fêlure qui meurtrit son âme, la  lutte sans fin entre le Spleen et l’Idéal qui le consume inexorablement.

     


    « L’invitation au voyage » est un poème versifié célèbre extrait de la  première (et majeure) partie du recueil intitulée « Spleen et Idéal ». Il a été inspiré par Marie Daubrun, une actrice dont le poète s’est brièvement  mais intensément épris. Baudelaire lui déclare ici un amour plus mystique que  sensuel. Le voyage auquel le poète invite sa bien-aimée n’est qu’une promesse de  voyage s’épanouissant dans le rêve. C’est une invitation à se rendre dans un  lieu privilégié, un lieu idéal censé apporter un remède et un réconfort au poète  qui lutte avec le spleen. La quête de ce pays lointain se confond un moment avec  l’évocation de la femme aimée. Baudelaire s’adresse à elle car il est sûr  qu’elle communie à sa vision inspirée. Il s’agit d’une rêverie devant des  tableaux de Vermeer et de Ruysdael. En effet cette contrée pourrait bien être la  Hollande, « Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on  pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, » écrira  plus tard Baudelaire dans les Petits Poèmes en prose. C’est un moderne « embarquement pour Cythère » où il s’agit d’aller vivre avec la femme  aimée, muse du poète, loin des dures réalités ordinaire

     


    votre commentaire
  • Quand la mer se déchaîne

     

    Que la mer est belle avec ses blancs moutons !
    Mais soudain, elle se change en mégère impromptue :
    Fantastique et sublime, semblable à mille démons
    Qui fondent sur les maisons et font trembler les nues !

     

     

    Dans un ciel assombrit, déchiré par l'éclair,
    Le vent et le tonnerre font plier les grands arbres,
    Ballottant les oiseaux qui cherchent un repaire.
    Neptune et Jupiter, ont réuni leurs armes !

     

     

    L'homme seul, au milieu des éléments déchaînés
    Doit lutter pour sa vie et sauver son bateau,
    Face aux furies infernales si déterminées,
    Qui veulent à tout prix : l'emmener au fond des eaux

     

     

    Pauvres marins luttant contre : vague et orages,
    Il vous reste " un ami - un guide sur la terre
    Debout sur les rochers, tout au bord du rivage,
    Un ange solitaire scintille dans les ténèbres.

     

     

    Seul, Stoïque, le gardien de phare - coupé du monde,
    Assume et reste là... pour que les autres vivent !
    Harcelé de milliers de lames qui l'inondent,
    L'encerclent, l'agrippent et meurent en vaines offensives !

     

     

    Là où finit la terre, la mer a son royaume !
    Belliqueuse : elle monte jusqu'au toit des maisons
    Elle envahit les quais, et roule sur les chaumes,
    Bousculant sur la digue les curieux de saison.

     

     

    Le port avec ses rues sont recouverts d'écume,
    Comme en pleine montagne, on marche dans la neige !
    La mer est mécontente et montre sa rancune,
    Mais les vieux loups de mer, connaissent bien son manège !

     

     

    Déesse irascible, elle veut des sacrifices.
    En sortant de son lit, comme une amante cruelle,
    Elle emporte avec elle les meilleurs de nos fils !
    Mais qui oserait dire : que la mer n'est pas belle .

     

    Jean Claude Brinette

     
     

     

     

    votre commentaire
  • Il faut de la force pour exprimer son opinion,

    Il faut du courage pour l’assumer jusqu’au bout.

     

    Il faut de la force pour prendre une décision.

    Il faut  parfois du courage pour en accepter les conséquences..

     

    Il faut de la force pour avancer

    Il faut du courage pour accepter de s’etre tromper

     

    Il faut de la force pour affronter le danger

    Il faut du courage pour accepter ses limites.

     

    Il faut de la force pour choisir

    Il faut du courage pour renoncer

     

    Il faut de la force pour accepter les épreuves

    Il faut du courage pour en rire

     

    Il faut de la force pour dénoncer

    Il faut du courage pour se taire.

     

    Il faut de la force pour gagner sa vie

    Il faut du courage pour affronter la misère.

     

    Il faut de la force pour avancer

    Il faut du courage pour ne pas renoncer

     

    Il faut de la force pour dire non

    Il faut du courage pour être capable d’affirmer son opinion sans violence

     

    Il faut de la force pour affronter les autres

    Il faut du courage pour s’affronter soi meme

     

    Il faut de la force pour réussir

    Il faut du courage pour se surpasser

     

    Il faut de la force pour calmer la peine d’un ami

    Il faut du courage pour affronter sa propre souffrance

     

    Il faut de la force pour endurer l’injustice

    Il faut du courage pour l’arreter

     

    Il faut de la force pour aimer

    Il faut du courage pour s’en aller

     

    Il faut de la force pour vivre

    Il faut du courage pour survivre.

    FORCE ET COURAGE dans Divers b28c9707-larme


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires