•  

     

    DECODEUR PSY : Z comme  Zen

    Le zen, de cheminement spirituel bouddhiste qu’il était à l’origine,est entré dans le vocabulaire courant avec la signification de calme, détente, sérénité. Le zen représente donc le contraire du stress, souvent dénoncé comme la maladie principale du XXIe siècle.

    QU’EST CE QUE LE STRESS?

    A la base, il s’agit de la réponse à toute demande d’adaptation qui est faite à l’organisme. Derrière cette définition savante se cachent de multiples situations de la vie quotidienne :

    - Etre ralenti dans un embouteillage,

    -se presser pour prendre le train,

    -trouver une place dans le métro aux heures de pointe,

    -emmener les enfants à l’heure à l’école,

    -devoir rendre un travail important à so n c hef,

    -être amené  à prendre la parole en public,

    -préparer un déménagement

    -Organiser une fête de famille

    -se marier,

    -devenir parent,

    -etc….

    Outre ces facteurs ponctuels  agissent aussi  des agents stressants chroniques: la précarité financière, la mésentente conjugale, le harcelement professionnel, des conflits de voisinage , etc… Toutes ces situations présentent la caractéristique de se prolonger dans le temps et de créer des effets cumulatifs.

    Le stress n’est cependant pas à considérer de façon uniquement négative. C’est un mécanisme programmé dans nos gènes il y’a des millions d’années pour mobiliser nos ressources face aux situations exigentes. Le systène nerveux autonome s’active et provoque l’augmentation des rythmes cardiaques, de la tension artérielle et musculaire ainsi  que de la température corporelle. Cette activation est utile lorsqu’elle est modérée, mais handicapante lorsqu’elle est trop intense.

    Dans la vie moderne, les situations nécessitant un regain d’énergie pour l’attaque ou la fuite sont, il est vrai,limitées. Le stres survient  plutôt  lorsque  nous pensons  manquer de ressources pour accomplir  une action, principalement du temps ou de compétences : délai trop court, temps d’attente trop long, surcharge de travail, niveau des attentes trop élevés.

    QUELLES SONT LES CONSEQUENCES DU STRESS

    Le problème du stress réside dans l’inadéquation entre le mécanisme biologique et les stresseurs modernes. L’énergie libérée sous forme de corps gras dans la circulation sanguine   n’est pas brûlée, et ceux ci risquent alors d’encrasser les artères, de même que les hormones du stress, adrénale et cortisol , viennent perturber le bon fonctionnement  du système immunitaire. Sur la durée, des maladies cardio-vasclaires ou des formes de cancer peuvent être favorisées.

    COMMENT LUTTER CONTRE LE STRESS

    Aussi est-il nécessaire de limiterles effets négatifs du stress. Là où le corps se tend,le mental peut amener une détente. Le stress accompagne l’excitation du système  nerveux  autonome sympathique, responsable de l’élévation de la tension et de l’augmentation des rythmes vitaux. Le retour à la normale survient grâce à l’action du système antagoniste, le parasympathique. Le but est donc de soliciter  le système parasympathique pour accéder au relâchement  et la détente. Telles sont les vertus des techniques de relaxation, qu’elles s’apparentent au yoga, à la relaxation progressive de Jacobson, à la sophrologie, au training autogène ou à la méditation.

    Les techniques de relaxation sont une arme majeure pour combattre le stress et ses effets nocifs. Une bonne hygiène de vie y contribue a ussi :

    - dormir suffisamment ( sept à huit heures en moyenne)

    - Ne pas faire l’impasse sur les repas,

    - manger équilibré ( beaucoup de fruits et légumes)

    - se dépenser régulièrement (‘ excercice physique)

    - Peu d’alcool, pas de tabac

    -Limiter les excitants : café, thé, soda à la cafeine. Enfin , l’organisation de son temps permet d’éviter de nombreuses situations stressantes.

    DECODEUR PSY

    DECODEUR PSY


    votre commentaire
  • La photographie apparaît au début du XIX siècle. Dès ses premiers balbutiements, elle se présente comme un " miroir qui se souvient". Pour sa capacité à fixer le réel, elle devient l'outil privilégié des portraitistes et des conservateurs de musée et du patrimoine.
     
    Les possibilités artistiques qu'elle offre en font tout aussi précocement un outil de création à part entière.
     
    Son histoire est riche de ces aspects qui se nourrissent et s'interprètent.
     
    Physicien et inventeur Nicephore Niepce est déjà concepteur d'un moteur à explosion quand il décide de s'intéresser à la fixation des images obtenues par la caméra obscura...
    Il teste plusieurs substances photosensibles et obtient ses premiers résultats avec le bitume de Judée. Il réalise ses premiers clichés depuis sa fenêtre. Il faut plusieurs jours aux plaques d'étain pour être impressionnées. Il baptise le résultat " héliographie"...
     
    A la mort de Niepce son associé Daguerre,abandonnant le bitume de Judée pour l'iodure d'argent ramène le temps d'exposition à environ un quart d'heure, puis à moins de deux minutes...   Il ne s'agit pas encore de la photographie que l'on doit à Willam H.Fox Talbot et à son procédé du négatif-positif, mais le daguerreotype s'imposera jusqu'au début du XXe siècle..
     
    LES ANNEES 50
     
    Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, la photographie devient un art majeur ...
    En réaction au photo reportage d'agence dont le but est de montrer les temps forts de l'histoire en train de s'écrire, un certain nombre de photographes préfèrent le portrait de la simplicité humaine.
    Les représentants de cette photographie  humaniste posent un regard sobre sur la misère sociale comme l'américain Louis Stettner ou fixent la poésie du quotidien et la grâce des gens ordinaires comme les Français Robert Doisneau et Henri Cartier Bresson ou bien de toute une vie vue à travers l'objectif comme avec Jacques Henri Lartigue.

     


     
    LES ANNES 60
     
    Les années 60 voient apparaître les limites de la photographie humaniste avec le courant de la photographie subjective ainsi que l'émergence de démarches plus expérimentales.
     
    La photographie subjective :ce mouvement est né du constat que tout cliché par le choix du cadrage ,de l'angle , est toujours une représentation partielle et partiale de la réalité. Ses représentant cherchent à capturer la réalité dans sa spontanéité,sans se soucier de mise en forme.Ils livrent des images brutes auxquelles le spectateur est invité à donner un sens..
     
    La photographie de l'imaginaire:  un univers onirique très puissant...  L'américain Michals associe des images énigmatiques à des textes manuscrits au contenu déconcertant laissant le spectateur-lecteur construire sa propre histoire;

     


     
    LES ANNEES 70
     
    Le photo reportage du renouveau: si le développement de la télévision aboutit à la crise du photoreportage,celui ci se renouvelle surtout en France... Les photographes s'organisent et fondent l'agence Gamma afin de produire l'image symbolique de l'instant vécu...  Les photographes abandonnent le sensationnalisme et privilégient l'aspect personnel, leur ton est plus pessimiste et plus engagé...

     


     
    LA PHOTOGRAPHIE AUJOURD'HUI
     
    Les années 80 voient d'une part la confirmation de la photographie comme moyen d'immortaliser et de commercialiser des happenings d'art contemporain et d'autre part, l'épanouissement de recherches radicales sur l'érotisme et sur l'abjection
     
    L'érotisme : Helmut Newton photographe de mode transcende des modèles déjà choisis pour leur perfection en vue de créer des images de femmes sublimées a en être irréelles.

     


    Herb Ritts qui a aussi travaillé pour de grands noms du spectacle tels que Madonna, applique les mêmes principes au nu masculin offrant des images de couples d'hommes sensuelles sans être choquantes.

     


     
    Le Pastiche : la photographie permet de tout faire même d'imiter la peinture.
     
    L'Abjection : la liberté d'expression bénéficie aussi aux photographes de l'horreur.. LARTIGUE
     
       NEWTON
     
     
      DOISN

     


    votre commentaire
  • OMBRE ET LUMIERE

     

    Il y a un    temps où ce n'est plus le jour, et ce n'est pas encore la  

    nuit Ce n'est qu'à cette heure-là que l'on peut    commencer à regarder les choses, ou sa vie: c'est qu'il nous faut un peu d'obscur pour bien voir, étant nous-mêmes composés de clair et d'ombre." (Christian Bobin)  

           

       

      

     

       

     Dans le clair-obscur, le silence est encore le meilleur interprète des âmes.. PAUL    JAVOR  

       

                  

           

           

           

    Ombre et Lumière  
       
        Courage !- Dans l’ombre et l’écume  
        Le but apparaîtra bientôt !  
        Le genre humain dans une brume,  
        C’est l’énigme et non pas le mot !  
           
        Assez de nuit et de tempête  
        A passé sur vos fronts penchés  
        Levez les yeux ! Levez la Tête !  
        La lumière est là-haut ! Marchez !   
       Victor Hugo,    

           

           

    ’La Lumière est le symbole du savoir.  

        Les corollaires de la Lumière sont le rêve, la mémoire, l’amour, la compassion, l’empathie, les livres, l’invention, l’inférence, l’illusion, la communication, l’information, l’imagination,  

           

         L’Ombre est le symbole du vouloir.  

        Les corollaires de l’Ombre sont l’action, le pouvoir, la volonté, la propriété, le droit, le don, l’habitude, la décision, l’envie, l’autorité, l’affirmation, les pulsions.

     


    votre commentaire
  • Les Roses et toutes les fleurs

     

     

     

    Toutes les fleurs, certes, je les adore.
    Les pâles lys aux saluts langoureux.
    Les lys fluets dont le satin se dore.
    Dans leur calice d'ors poudreux.
    Et les bluets bleus,
    Dont l'azur décore
    Les blés onduleux,
    Et les liserons qu'entrouvre l'aurore
    De ses doigts frileux.
    Mais surtout, surtout, je suis amoureux,
    Cependant que de folles gloses
    S'emplissent les jardins heureux,
    Des lilas lilas
    Et des roses roses.
    Toutes les fleurs, certes, je les adore .
    Les cyclamens aux fragiles bouquets,
    Les mimosas dont le buisson se dore,
    Et les chers jasmins si coquets,
    Et les doux genêts,
    Dont la brise odore,
    Et les fins muguets,
    Les muguets d'argent,
    Si frais quand l'aurore
    Mouille les bosquets.
    Mais surtout, surtout je suis amoureux,
    Cependant que de folles gloses
    S'emplissent les jardins heureux,
    Des lilas lilas
    Et des roses roses.
    Toutes les fleurs, certes, je les adore.
    Toutes les fleurs dont fleurit ta beauté,
    Les clairs soucis dont la lumière dore
    Tes cheveux aux blondeurs de thé,
    L'iris velouté
    Qui te prête encore
    Sa gracilité,
    Et l'œillet qui met ta joue et l'aurore
    En rivalité .
    Mais surtout, surtout je suis amoureux,
    Dans tes chères lèvres décloses
    Et dans les cernes de tes yeux,
    Des lilas lilas
    Et des roses roses.

    Edmond Rostand.

     

     


    votre commentaire
  • L'historien répond à une exigence de vérité. Le problème étant qu'il raconte un passé auquel il n'a pas été présent. Toutefois cette exigence de vérité ne suffit pas à faire de l'histoire une science. Toute science a pour but de dégager des constantes ou lois universelles et prédicatives. Or, l'histoire est une discipline purement empirique: il n'y a pas de lois universelles de l'histoire comme il ya   des lois en physique. L'histoire peut seulement nous enseigner comment les choses se sont passées et non comment elles se passeront.

     

    Si donc nous définissons une science par son objet, alors l'histoire n'est pas une discipline scientifique: en revanche, elle l'est peut être par sa méthode : l'historien a pour but de dire ce qui s'est réellement passé à partir de traces qu'il authentifie et interprète.

     

     

     

     

    EN QUOI CONSISTE LE TRAVAIL DE L'HISTORIEN

     

    Le travail de l'historien est un travail d'interprétation : il ne s'agit pas simplement pour lui de faire une chronologie, mais d'établir le sens et l'importance des évènements ainsi que leurs relations. L'historien ne doit pas expliquer les chaînes causales et établir des lois, mais comprendre un sens, aussi l'objectivité historique n'a t-elle rien à voir avec l'objectivité scientifique: étant une interprétation.  L'histoire peut et doit toujours être  réécrite. En ce sens, l'histoire est seulement la façon dont l'homme s'approprie un passé qui n'est pas seulement le sien .

     

     

     

    POURQUOI FAISONS NOUS DE L'HISTOIRE

     

    Nous faisons de l'histoire non pour prévoir notre avenir, mais pour garder trace de notre passé, parce que nous nous posons la question de notre propre identité: c'est parce que l'homme est en quête de lui même , parce qu'il est un être inachevé qui ne sait rien de son avenir qu'il s'intéresse à son passé. Par l'histoire, l'homme construit et maintient son identité dans le temps.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires