• Quand la vie est un collier...


     
    Quand la vie est un collier 

    Chaque jour est une perle

     

    Quand la vie est une cage

    Chaque jour est une larme

     

    Quand la vie est une forêt

    Chaque jour est un arbre

     

    Quand la vie est un arbre

    Chaque jour est une branche

     

    Quand la vie est une branche

    Chaque jour est une feuille  

     

    Quand la vie est la mer

    Chaque jour est une vague

     

    Chaque vague une plainte

    Une chanson, un frisson...

     
     
    Jacques PREVERT
     

    QUAND LA VIE EST UN COLLIER


    votre commentaire
  • TIMIDITE ET HYPEREMOTIVITE

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je Clame  …

     

     

     

    Que la vie est indestructible, malgré la mort.

     

    Que l’espoir est un vent vif qui doit balayer le désespoir.

     

    Que l’autre est un frère avant d’être un ennemi.

     

    Qu’il ne faut jamais désespérer de soi-même et du monde.

     

    Que les forces qui sont en nous, les forces qui peuvent nous soulever, sont immenses.

     

    Qu’il faut parler l’amour et non les mots de la tempête et du désordre.

     

    Que la vie commence aujourd’hui et chaque jour, et qu’elle est l’espoir. »

     

     

     

     

     

    Martin Gray

     

    (écrivain franco-américain, 1922-2016)

     

     

    CITATION DE ....MARTIN GRAY


    votre commentaire
  •  

     

     

    Elle semble d’abord de ses pas plein d’esprit, effacer de la terre toute fatigue et toute sottise

    .Et voici qu’elle se fait une demeure un peu au dessus des choses, et l’on dirait qu’elle s’arrange un nid dans ses bras blancs. 

    Mais à présent, ne croirait-on pas qu’elle se tisse de ses pieds un tapis indéfinissable de sensations? Elle croise, elle décroise, elle trame la terre avec la durée. Ô le charmant ouvrage, le travail très précieux de ses orteils intelligents qui attaquent, qui esquivent, qui nouent et qui dénouent, qui se pourchassent, qui  s’envolent !  Qu’ils sont habiles, qu’ils sont vis, ces purs ouvriers des délices du temps perdu!!! ces deux pieds babillent entre eux, et se querellent comme des colombes! le meme point du sol les fait se disputer comme pour un grain..  Ils s’emportent ensemble et se choquent dans l’aire, encore ………..  

    Paul Valery  » L »âme et la danse »

     

     

    ballerine

     


    votre commentaire
  • Le 3 octobre 1897 naît à Paris un enfant illégitime auquel son père  , préfet de police, donne le nom d’Aragon et son propre prénom.

     

    L‘HOMME QU’AIMAIENT LES FEMMES

     

    Parmi toutes les attitudes rassurantes, Aragon choisit très tôt d’être un bon élève : élève brillant à St Pierre de Neuilly, puis au lycée Carnot, il compose des romans dès 1904 et de la poesie, dictant d’abord ses textes à ses tantes. Lecteur avide, traînant une réputation de surdoué il est bachelier en 1915 et entame des études de médecine.

     

    Il rencontre un jeune étudiant de son âge, André Breton, avec lequel il échange plaisanteries de carabin et extraits d’Apollinaire, il fait en meme temps la connaissance Philippe Soupault, la première triade surréaliste est montée.

     

    Envoyé au Front, Aragon décroche la croix de guerre, et commence à écrire un roman : » Anicet ou le panorama » cette quête de la beauté, d’un dandysme achevé , est rédigée dans le sang et la boue des tranchées et sera publie en 1920.  Après sa démobilisation, Aragon toujours inscrit en médecine, voyage beaucoup, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, il publie  » feu de joie » avec un dessin de Picasso.

     

    Il publie des poèmes du Mouvement perpétuel  et entre au PCF, après Eluard, mais avec Breton et Benjamet Peret, ces derniers plus par provocation que par conviction. Cet été là, Aragon redige le violent pamphlet du Traite du Style, en réaction à l’exécution aux USA de Sacco et Vanzetti. Il détruit une grande partie des milles pages de la  » Défense de l’Infini » ou l’interview collective sur la sexualité qui parait dans deux numéros successifs de la Révolution surréaliste  témoignent d’une grande difficulté, pour Aragon de faire passer ses desirs de la sphere mentale au niveau physique. Ce séducteur dandy se maîtrise mal , dans l’intimité. Abandonné par Nancy Cunard, submergé de problèmes financiers, Aragon tente de se suicider à Venise en septembre 1928.

     

    ELSA EST L AVENIR DE L’HOMME

     

    Il ne tombera jamais plus bas, et tout ce qui suit, apparaît à posteriori comme une tentative raisonnée de sauvetage mental,  quitte à y sacrifier ses talent. En Novembre 1928 il rencontre une certaine Elsa Kagan, elle vit séparée de son mari , c’est sous ce nom d’Elsa Triolet qu’elle se fera un renom en littérature. 

     

    Née en 1896 dans une famille d’intellectuels juifs moscovites, proche des milieux formalistes russes, elle a délibérément  rencontré Aragon à Paris avec le projet de s’en faire aimer. Vivant avec Aragon, elle adopte la langue et la nationalité française et commence l’élaboration d’oeuvres croisées : à un roman d’Aragon répondra, en écho, un roman d’Elsa Triolet.  » je ne suis pas un écrivain » dit elle dans son journal  » je suis simplement une femme malheureuse et j’écris avec mon malheur »

     

    A l’automne 1930 Aragon voyage en URSS  pour représenter les surréalistes au Congres des écrivains révolionnaires. Les communistes de stricte obédience accablent les surréalistes, suspects de derive trotskiste et anarchiste. Aragon choisit son camp, il revient d’URSS avec un poème  » Front rouge » qui rompt avec l’esthétique surréaliste et sonne comme une déclaration de guerre à Breton – le poème vaut à son auteur d’être inculpé pour appel au meurtre . Breton le défend  en publiant l’affaire Aragon . Mais la rupture est consommée entre lui et le surréalisme.

     

    Il épouse Elsa -  Durant toute la guerre, Aragon publie sous différents pseudonymes.  A la libération, Aragon et Elson ne sont pas tendres pour les écrivains suspects de collaboration et exigent et obtiennent des têtes.  Le poète avait prévenu  » je ne pratique pas le pardon des injures ». 

     

    A la mort d’Elsa, vêtu de blanc avec une recherche permanente, homosexuel enfin affirmé , il pose comme un acquis cette vie  » ratée de bout en bout » 

     

    Vilipendé par les uns, encensé par les autres, définitivement décale, commandeur descendu de son socle, il meurt en 1982


    votre commentaire