• REFLEXION SUR LES CITATIONS

     

    "Le temps guérit de tout" , " l'erreur est humaine"  , "personne n'est irremplaçable"... Elles sont nombreuses, ces phrases toutes faites et passe-partout qu'on prononce sans y penser....  Vous croyez farouchement que " quand on veut, on peut "? ? vous êtes stoïcien.. le proverbe " l'argent ne fait pa le bonheur " vous fait bondir ? Vous partagez l'opinions d'Aristote pour qui " le bonheur ne saurait se passer de biens extérieurs ?" .... Serions nous donc philosophes sans le savoir ?

     

    LE TEMPS GUERIT DE TOUT

     

    Qu'est ce qui met fin à la tristesse ?  Rien si ce n'est le temps qui guérit de tout ... Ce n'est pas nous qui oublions, c'est la peine qui s'éloigne et donc qui s'atténue. Epicure, que l'on croit à tort plus grand connaisseur des plaisirs que des malheurs, affirme qu'une douleur intense ne peut être durable, avec le temps elle perd nécessairement en force, jusqu'à devenir " vivable".. Le temps apprivoise ainsi la peine en l'anesthésiant peu à peu ...

     

    L'expérience que chacun peut faire de la tristesse va cependant à l'encontre de cette conception consolatrice: le temps n'adoucit pas la peine mais la prolonge. La séparation se fait plus cruellement sentir à mesure que les années passent car chaque moment vécu renvoie à la personne aimée et perdue, qui n'est plus là pour nous voir, nous entendre, nous parler en ce moment même, en cette occasion particuliere .... L'absence est ravivée, " réactualisée" par le passage des jours, elle accompagne notre présent ou plutôt le présent la ramène immanquablement avec lui ... Si aimer c'est se sentir en permanence relié, être en peine c'est aussi se sentir relié  mais à un manque ...  Bien sur la vie reprend ses droits, mais tout ce que l'on vit est vécu sans - sans elle, sans lui, sans eux -  le chagrin n'est pas effacé par le temps, il en est désormais une dimension ...

     

    Le réconfort que l'on cherche à nous apporter ne fait en réalité qu'exacerber notre souffrance . Car elle est unique et n'obeit à aucune régle générale.. La sympathie affadit la peine en cherchant à l'atténuer par des généralités consolatrices " la vie continue ", " il faut continuer à vivre" , " pense à tes enfants" etc......Cette " religion de la pitié " suivant les mots de Nietzsche qui retire à la souffrance sa singularité et donc sa gravité correspond selon lui à une " religion de confort" pour laquelle souffrir est mal et ne doit surtout durer qu'un temps.. C'est sans doute un des prêtres de cette religion qui un jour a déclaré que " le temps guérit de tout "


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :