• UN PSY... POURQUOI FAIRE ?

    A en juger par la quantité d'antidépresseurs, de tranquillisants et de neuroleptiques vendus chaque année, les personnes qui souffrent de problèmes psychiques semblent plus nombreuses que jamais.. Plus de cinq millions de Français en consomment quotidiennement. Si les médecins en prescrivent parfois trop facilement, c'est un palliatif dangereux quand il prend la place d'un véritable traitement ... Restent les psychothérapies. Mais leur diversité effraie....

    Depuis quelques décennies, les nouvelles thérapies se sont multipliées. On peut désormais en recenser des centaines.. Que cache cette variété ?  Comment s'y reconnaître entre psychothérapie analytique, comportementale et cognitive, sophrologie, psychanalyse freudienne, lacanienne ou jeugienne ?  

    Hypnose, thérapie analytique,thérapie familiale ou comportementale et cognitive.. Les thérapies foisonnent, longues ou brèves, sérieuses ou farfelues, innovante ou ultra classiques. L'esprit humain est si riche et si complexe que, pour le soigner, les méthodes prolifèrent. Le secteur est d'ailleurs lucratif et suscite la convoitise de toutes sortes de personnages prêts  à bricoler  n'importe quelle thérapie pour se faire une place au soleil .. Comment s'y retrouver.. Il existe de grands courants théoriques permettant de voir plus clair dans le paysage des thérapies.. Retracer les grandes évolutions qui ont abouti aux différentes méthodes  reste le meilleur moyen de s'y retrouver et de choisir la thérapie qui convient aux besoins et à la personnalité de chacun.

    A l'aube du XIXe siècle,celui qui soigne les maux de l'âme c'est le psychiatre. Pour cela, il traite le corps. La " folie" affirme t-on alors, trouve son origine dans des dysfonctionnements du cerveau. On évoque des problèmes "d'irrigation cérébrale" ..A l'époque, rares sont ceux qui s'intéressent aux origines affectives ou psychologiques des troubles mentaux,  et nul ne songe encore aux facteurs sociaux et culturels  capables de fragiliser l'équilibre psychique.. Pourtant avec le progrès des  connaissances, la notion de " maladie mentale" va progressivement remplacer celle de " folie" et ouvrir un nouvel espoir : guérir..  Une question capitale se dessine alors: quels sont les troubles qui relèvent d'un désordre purement psychique et ceux qui s'enracinent vraiment dans le cerveau?   La conception de la " folie" se complique en effet avec l'émergence en 1895 de  la théorie psychanalytique qui place l'origine des maux dans les couches profondes de l'esprit et dans les mésaventures du désir sexuel.. Cette théorie conçue par un certain Sigmund Freud, psychiatre et neurologue, divise la communauté scientifique.

    Freud affirme que le désir sexuel et les interdits orientent nos pensées à notre insu et structurent notre personnalité dès l'enfance..  Pour de nombreux psychiatres, l'esprit dépend de la matière, et non l'inverse..  A leurs yeux, c'est donc dans la matière cérébrale qu'il faut trouver les causes du mal..  L'idée freudienne de soigner le patient en s'adressant aux régions obscures de son esprit ( l'inconscient) est tout simplement révolutionnaire.. Mais Freud va plus loin,il montre que certaines maladies affectant les organes du corps peuvent être aussi soignées en dénouant des conflits psychiques..   Le père de la psychanalyse voit dans la mythologie grecque une véritable mise en scène des forces de l'inconscient.. Son opiniâtreté et la puissance de ses ouvrages  finiront par assurer le succès de ses théories....., ainsi naquit la psychanalyse.. D'une richesse exploratoire étonnante elle présente aussi le mérite de mobiliser le patient lui même comme facteur de traitement ..


    UN PSY... POURQUOI FAIRE ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :