• PETITE PENSEE POUR VOYAGER LEGER

     

    Des pensées zen, des instantanés poétiques, des astuces détente et des conseils bien être pour vous accompagner tout au long de la journée ...et même de la vie..

     

    Si la vie est un voyage, voici des phrases qui donnent à réfléchir et à se délester de tout bagage inutile pour jouir pleinement de chaque instant..

     

     

    OUVRIR GRAND LES YEUX  A L'INTERIEUR DE SOI POUR VOIR ENFIN ...AUTOUR

     

     

    La colère, l'irritation, la tristesse, la déception...révèlent des situations affectives cachées au plus profond de notre âme.. On ne peut pas controler la montée de nos émotions, mais on peut décider de ce qu'on en fait...Il ne s'agit pas de les refouler car elles nous offrent l'opportunité de mieux nous connaître, mais de les observer pour en comprendre la source et avant de réagir, bien respirer pour se recentrer .

     

     

    FAIRE LES CHOSES A SA MESURE :

     

    Quand nous sommes plus grands que nos actes,

    Rien ne peut nous déséquilibrer.

    Mais quand nous permettons que les choses

    Soient plus grandes que nous,

    Notre déséquilibre est certain ...

     

    PENSEE INDIENNE QUECHUA

     

     

     

     

     

     

    votre commentaire
  • SARTRE :1905-1980

     

     

    Né à Paris en 19O5, Sartre, orphelin de père à l'âge d'un an, passa son enfance entre une mère catholique et un grand père protestant auprès de qui celle ci , très jeune, était retournée avec son fils après la mort de son mari.  Sartre , enfant, considère cette très jeune femme, resoumise à ses parents plus comme une grande sœur que comme une mère, et apprend auprès du vieillard majestueux, à la belle longue barbe blanche, qui aime jouer la comédie et les grands pères nobles. De cette enfance solitaire et truquée, au milieu d'adultes qui l'adulent, le sauve une boulimie de lecture, puis d'écriture. A 11 ans, il devient athée, l'année même ou sa mère se remarie.

    Reçu à l'Ecole Normale Supérieure en 1924, il est agrégé de philosophie à 24 ans, il sera professeur de philosophie au Have, puis au Lycée Pasteur. En 1933 il est pensionnaire de l'Institut Français à Berlin et découvre la phénoménologie.

     

    Au moment de la guerre, il est mobilisé. Fait prisonnier, il se fait passer pour civil  et est libéré, reprend son poste de professeur.

     

    En 1944 il quitte l'enseignement pour devenir directeur de la revue" Les Temps modernes" et se consacrera dès lors entièrement   à ses activités philosophiques,littéraires,journalistiques qu'il entrecoupera de nombreux voyages ( USA-URSS-AFRIQUE-SCANDINAVIE).

     

    Il meurt en 1 98O au faite de la célébrité, ayant pourtant fidèle à son éthique personnelle refusé " certains honneurs" dont le prix Nobel .

     

    Impossible de citer toute l'œuvre polyphique de ce bourreau de l'écriture. Il faut néanmoins noter les titres de ses trois ouvrages proprement philosophiques qui se détachent :

                                                                  - L'être et le néant -

                                                                   -Critique de la raison dialectique,

                                                                    -L'existentialisme  est un humanisme.

     

     

     

    SES CITATIONS :

     

    " Il n'ya pas de nature humaine, puisqu'il n'y a pas de Dieu pour la concevoir ".

     

    " Il ne peut avoir de vérité autre au point de départ que celle ci : je pense donc je suis,c'est là la vérité absolue de la conscience saignant elle même."

     

    "En fait nous sommes une liberté qui choisit mais nous ne choisissons pas d'être libres, nous sommes condamnés à la liberté". 

     

    "Il  n'y a de liberté qu'en situation et il n'a de situation que par la liberté".

     

    "La notion d'histoire naturelle est absurde, l'histoire ne se caractérise ni par le changement ni par l'action pure et simple du passé, elle est définie par la reprise intentionnelle du passé par le présent, il ne saurait y avoir qu'une histoire humaine."

     

     .

     

     

     


    votre commentaire
  • La pluie

    Par ce matin de pluie,
    Une flaque d'eau
    Mouille mes souliers
    Résonnant sur les pavés.
    Dans le matin d'hiver,
    À peine sortie du lit,
    Mes pieds sont
    Déjà glacés.
    Des gouttelettes
    Ruissellent sur les mains
    Par gouttes intermittentes,
    Des larmes tombant du ciel...
    Cachée sous un parapluie,
    À chaque goutte d'eau
    Qui tombe, formant une ronde,
    Je me vois danser,
    Comme dans le film
    « Les parapluies de Cherbourg. »
    Par ce jour de pluie,
    Le ciel se couvre de gris,
    Dans les rues désertes
    La pluie ruisselle sur les trottoirs,
    Colle aux vêtements déjà mouillés,
    Glace mes jambes souillées,
    Violace le visage et les mains
    Qui subissent l’assaut de la pluie,
    Les feuilles mortes se posent sur mon parapluie.
    Françoise le Vaillant.

     

     

     

    000_15.gif

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Mon blog est en pause pour une durée indeterminée en raison du décès de mon époux ..

    Bon we a tous 


    votre commentaire
  •  

     

    Dans sa main et sur le Velin,

     

    Glisse la plume de l'écrivain.

     

    Mais dans quelle encre a t-elle trempé

     

    Pour tous ces maux qu'elle a couchés.

     

     

     

     

    Est-ce dans le sang et dans la sueur,

     

    Pour exprimer tant de malheurs ?

     

    Est-ce dans les larmes et dans la peur,

     

    Pour imprimer tant de douleur ?

     

     

    Faut-il qu'elles crient le désespoir

     

    Pour parvenir à émouvoir,

     

    Ces rimes qui sont entendues

     

    Comme une planche de salut !

     

     

    La plume et l'encre du poète

     

    Ne chantent pas toujours la fête,

     

    Mais rien n'interdit d'espérer

     

    Que le rythme soit inversé.

     

     

    Sur mon épaule, mets ton papier,

     

    Et sers-toi de mon amitié,

     

    Toi, dont la main est fatiguée.

     

    Prends le temps de te reposer.

     

     

    Ta plume, un jour, pourra plonger

     

    Dans l'eau douce de la rosée,

     

    Et répandra de la fraîcheur

     

    Dans la bouche de tes lecteurs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique