• L'oiseau et la mer


    L’oiseau que je réchauffe au cœur de cet hiver
    Est un oiseau des îles qui regrette la mer
    Son duvet m’est douceur et son chant m’est tendresse
    Mais il tremble - et j’ai peur que bientôt il ne cesse.

    Car je le tiens en cage et je vois son plumage
    Se ternir et ses yeux, qui reflètent la mer,
    Cherchent mon regard pour y lire mon âge ;
    Et son decrescendo me fait froid dans le dos.

    Je le serre pourtant sur mon cœur en déroute
    Mais je sais qu’un adieu va crucifier nos routes …
    Oui je sais qu’un oiseau, quand il est réchauffé,

    Quand le vent qui le porte se remet à souffler,
    Quitte la cage ouverte et retourne voler
    A plein cœur vers le Sud, vers la mer et l’amour

    JEAN MARIN SERRE

         


    votre commentaire
  •  

     

    A AURORE

    La nature est tout ce qu'on voit,

    Tout ce que l'on aime.

    Tout ce qu'on sait, tout ce qu'on croit

    Tout ce que l'on sent en soi-même

     

    Elle est belle pour qui la voit,

    Elle est bonne à celui qui l'aime

    Elle est iuste quand on y croit

    Et qu'on la respecte en soi - même.

     

    Regarde le ciel , il te voit,

    Embrasse la terre, elle t'aime

    La vérité c'est ce qu'on croit.

    En la natue c'est toi même.

    GEORGE SAND

     

    A AURORE


    votre commentaire
  • QUEL SECRET DORT .....

     

    Chatte blanche, chatte sans tache,

    Je te demande, dans ces vers,

    Quel secret dort dans tes yeux verts.

    Quel sarcasme sous ta moustache .

     

    Tu nous lorgnes, pensant tout bas

    Que nos fronts pâles,que nos lèvres

    Déteintes en de folles fièvres

    Que nos yeux creux ne valent pas.

     

    Ton museau que ton nez termine,

    Rose comme un bouton de sein

    Tes oreilles dont le dessin

    Couronne fièrement ta mine.

     

    Pourquoi cette sérénité ?

    Aurais tu la clé des problèmes

    Qui nous font frissonner et blêmes

    Passer le printemps et l'été ?

     

    Devant la mort qui nous menace,

    Chats et gens, ton flair plus subtil

    Que notre savoir, te dit-il

    Où va la beauté qui s'efface

     

    Où va la pensée, où s'en vont

    Les défuntes splendeurs charnelles ?

    Chatte, détourne tes prunelles

    J'y trouve trop de noir au fond.

     

    CHARLES CROS

     

     


    1 commentaire
  •  


    votre commentaire
  • VICTOR HUGO

     

    Hugo! Quatre lettres répandues dans tout son siècle et dans le monde entier.

     

    Voyagez un peu aujourd’hui : vous le rencontrez partout : dans les contrées les plus reculées, il est là . Ou bien son nom est peint sur un mur, affiché à une devanture, ou vivant dans la mémoire de quelque habitant de ses histoires, lues sur les bancs de toutes les écoles! Certains vont dire que la plus juste rime à Hugo c’est parano … il est vrai que parfois, il en fait … Mais ce qui peut l’installer pour jamais dans la sympathie de tous ceux qui parviennent à dépasser ses outrances, c’est son humanité profonde, sa générosité, sa sincérité, son courage, sa lutte incessante pour que le peuple soit fier d’être ! Ce n’est pas pour rien que près de deux millions de personnes accompagnèrent son cercueil au Panthéon!

     

     

    Le père de Victor, Le major Brutus Hugo rencontre Sophie Trébuchet , 23 ans, très cultivée, elle est gracile, sûre d’elle mais discrète, plutôt rêveuse et même secrète, ils tombent amoureux l’un de l’autre - Ils se marient en 1797. Un premier enfant naît en 1798 : Abel - Puis un deuxième en 1800 : Eugène- Un troisième enfin ! Et quel troisième: Victor Marie , le 26 fevrier 1802 à Besançon . Le médecin qui a pratiqué l’accouchement prévient les parents : leur petit Victor-Marie ne vivra pas vingt quatre heures … Il va vivre plus de quatre vingt ans !

    Vingt quatre heures à vivre! Victor Hugo va passer chaque jour de sa vie come s’il ne lui restait que vingt quatre heures à vivre : il veut tout faire, tout dire, tout voir avant de partir. Il faut l’imaginer ,les yeux écarquilles derrière la vitre des voitures à chevaux qui le conduisent avec sa famille enCorse en 1804, en Italie en 1807; Rome, Naples..

     

     

    Victor, à Madrid passe un an au collège des nobles. Il a neuf ans et ce qu’il voit s’imprime pour toujours dans sa mémoire. Ses pièces de théâtre, beaucoup de ses poèmes, en porteront la marque. Même les meubles qu’il sculpte, les dessins qu’il crée, et qu’on peut voir dans les demeures qu’il a occupées, semblent sortir d’une Ibérie mal remise de ses cauchemars. Retour à Paris où les parents de Victor se séparent ..

     

     

    « Je veux être Chateaubriand ou rien » lorsque le jeune Victor, quatorze ans, écrit ce décasyllabe dans son cahier de vers, la tornade Hugo vient de se mettre en route… Elle va balayer tout le XIXe siècle, le XXe aussi, et ce n’est pas fini … Son père Brutus, tente de l’arrêter en l’enfermant au Collège Louis le Grand. On y gave Victor de mathématiques. Peine perdue.. Certes, Victor est attiré par les inconnues à résoudre, mais elles logent ailleurs que dans les formules algébriques.. En attendant de les énumérer bientôt dans ses carnets d’adulte conquérant, il traduit Virgile, écrit une tragédie, à quinze ans. En 1817 son poème « le Bonheur que procure l’étude « obtient la cinquième place au concours de l’Académie Française. Il en est à la fois heureux et marri ..

     

     

    En 1818 Victor renonce à Polytechnique, et puisqu’il faut faire des études, il s’inscrit en droit. La plume, elle, ne cesse de tourbillonner. En février, 1819 elle rapporte de l’académie des Jeux Floraux de Toulouse un lys d’or pour une ode sur le rétablissement de la statue d’Henri IV; Ce lys d’or , premier trophée demeurera longtemps accroché au-dessus de la cheminée dans les différentes demeures hugoliennes. Sa mère en est très fière, mais elle est malade, très malade .. Elle meurt le 27 juin 1821. Victor est désemparé. Il quitte Paris, à pied.. Pendant trois jours il marche sans s’arrêter … Ou va - t-il ? A Dreux chez Monsieur et Madame Foucher, les parents d’Adèle , une jeune femme dont il est tombé amoureux , Eugène le frère de Victor lui aussi lui voue un amour fou …

     

     

    Adèle et Victor se marient .. Eugène devient fou, il mourra en 1837 - Victor en ressent un lourd chagrin mais ne cesse d’écrire, de publier « Odes et poésies diverses » puis en 1823 « Hans d’Islande ».

     

     

    Les années Juliette : Victor Hugo va recevoir plus de vingt mille lettres aussi débordantes d’amour, toutes envoyées par celle qui lui a consacré sa vie : Juliette Drouet.. La fidélité de Juliette est absolue pendant cinquante ans, jusqu’à sa mort! Elle va le suivre partout, elle est sa muse, son inspiratrice, son ange gardien et consolateur. Elle demeure cloitrée et cachée comme il l’exige, recopiant les manuscrits, toujours dans l’ombre, sans jamais protester, supportant tout de Victor, même ses infidélités .

     

     

    La mort de sa fille Léopoldine est une tragédie pour lui ..A travers le recueil « Les contemplations » on peut lire l’image d’un père qui a failli mourir de chagrin, qui surmonte sa douleur, qui se résigne ..

     

     

    Victor Hugo se lance en politique à corps perdu , depuis toujours sensible à la misère, il commence un roman intitulé provisoirement « Les misères » qui deviendra « Les Misérables » … Nommé pair de France, il prononce son premier discours à la Chambre le 19 mars1846 , il est élu déplu à Paris… Il fuit ensuite en Belgique à cause de Louis Napoléon..

     

     

    La popularité de Victor Hugo est immense lorsqu’il rentre en France .. On reconnaît en lui le défenseur des opprimés, le proscrit qui n’a cessé de combattre le pouvoir que s’est accordé un seul homme - Napoléon III…

     

     

    Dans sa vie privée, le sort s’acharne contre lui : son fils Charles meurt subitement, à Bordeaux. En 1872 sa fille Adèle, qui a vécu un amour malheureux pour un officier anglais , devient folle . Elle est internée à Saint Mandé ou elle mourra en 1915. En décembre 1873 il perd son second fils François Victor. , En 1877 il publie la deuxième partie de « La légende des Siècles », puis l’émouvant « Art d’être grand-père » ….

     

     

    Après une congestion cérébrale qui le terrasse en 1878 Victor cesse quasiment d’écrire.. Le 11 mai 1883 celle qui l’a toujours aimé au-delà de tout , Juliette, meurt , à soixante dix sept ans..

    Le 15 mai 1885 Victor Hugo prend froid.. Le lendemain il est alité avec une forte fièvre qui ne le quitte pas dans les jours qui suivent. Il meurt d’une congestion pulmonaire le vendredi 22 mai , à quatre vingt trois ans. Le gouvernement décide de lui faire des obsèques nationales. Son corps est exposé sur un immense catafalque installé sous l’Arc de Triomphe. Plus de deux millions de personnes suivent ses obsèques, le 1 er juin. Il est conduit tout droit au Panthéon, dans le corbillard qu’il avait choisi : celui des pauvres..

     

     

    Hugo vous parle :

     

    « la nuit, on pense mieux, la tête est moins pleine de bruits » (Ruy Blas.)

    « La haine, c’est l’hiver du cœur « ( les Contemplations)

    « je n’ai plus d’ennemis quand ils sont malheureux ( Carnets)

    « Les mots sont les passants mystérieux de l’âme » ( Les Châtiments)

    « la musique, c’est du bruit qui pense ( Fragments)

    « Ainsi, la paresse est mère, elle a un fils, le vol et une fille ,la faim ( Les misérables)

    « Etre contesté, c’est être constaté » (Carnets)

     

    DEMAIN,DES L'AUBE

     

    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne

    Je partirai.Vois tu, je sais que tu m'attends,

    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne,

    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

     

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

    sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

     

    je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,

    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

    Et, quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe,

    Un bouquet de houx vert et de bruyere en fleur.

     

    VICTOR HUGO

     

    Photographies de paysages au petit matin

     

     

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique