•  

     

    " Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien...La termitière future m'épouvante. Et je hais leurs vertus de robots. Moi, j'etais fait pour être jardinier"..... Telles sont les dernières phrases écrites par le commandant Antoine de Saint Exupery, dans une lettre retrouvée sur son bureau, au matin de sa disparition... Trente millions d'exemplaires de son oeuvre majeure, " Le petit Prince" ont été vendus dans le monde, en cent soixante traductions....

     

     

     

    Le " Petit Prince " a traversé presque toutes les enfances heureuses  qui furent à l'écoute de l'institutrice ou de la maman, sûres de lire un  conte pour enfants pusqu'on y trouve des animaux et des fleurs qui parlent, des planètes-jouets, et surtout cet enfant venu d'ailleurs, à la pureté désarmante, au chagrin mystèrieux. Plus tard, lorsqu'on a quitté l'enfance heureuse et qu'on relit " le Petit Prince"  on  comprend  que ce peut être aussi un conte pour enfants, mais que seuls les adultes sont capables d'en saisir la portée symbolique... La rose, ses épines et ses caprices, les personnages devenus des petites planètes résignées, le renard pédagogue dans le théâtre des humains, c'est mille chemins nouveaux qu'on identifie parce qu'on les a déjà parcourus... Et puis vient le temps des relectures tardives, surprenantes parce qu'on trouve encore dans l'aventure du Petit Prince la trace de ce qu'on a pu être, ou voulu être.. On se retrouve sur son chemin, juusqu'au bout, jusqu'à sa fin , bouleversante et simple ....

     

     

     

    Né en 1900, à Lyon, Saint-Exupery vit ses deux échecs aux concours d'entrée à l'Ecole Navale et à l'Ecole Centrale comme des drames dont il se remet en décidant de devenir pilote d'av ion. Il travaille alors pour Didier Daurat-le responsable des premiers long-courriers, il est nommé à Cap-Juby, au Maroc, puis à Buenos Ayres. Devenu ensuite reporter pour "Paris Soir", il voyage en Russie, en Espagne. Il revient en 1937 à l'aviation, assure la liaison Casablanca-Tombouctou. Il commence la guerre en 1939, mais il est démobilisé en 1940,atteint par la limite d'âge. Il part alors pour New York, mais en 1943, se fait engager dans les forces aériennes françaises. Il effectue des missions de reconnaissance. Le 31 juillet 1944 à 8h45 il s'envole de la base de Bastia-Borgo pour un survol des Alpes.. A 15h on l'attend. Il ne reviendra pas. L'épave de son Ligthning P38 a été découverte au large de Marseille à la fin de l'année 2003.

     

     

     

    SAINT EXUPERY EN PENSEES

     

     

     

     - Adieu, dit le Renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux ......(Le Petit Prince)

     

     

     

      -Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits, quelque part- (Le Petit Prince)

     

     

     

     - Il est bien plus difficile de se juger soi même que de juger autrui .(Le Petit Prince)

     

     

     

     -On ne connaît que les choses qu'on apprivoise .. Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé...(Le Petit Prince)

     

     

     

     -Le langage est source de malentendu - (Le Petit Prince)

     

     

     

     -C'est tellement mystérieux, le pays des larmes (Le Petit Prince)

     

     

     

     -L'intelligence ne vaut qu'au service de l'amour - ( Pilote de guerre)

     

     

     

     -Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction- ( terre des hommes) ...

     

     

     

     

    SAINT EXUPERY


    1 commentaire
  • PRIERE DU PRINTEMPS

    Partout paraît le vert de la végétation nouvelle.

    Le vert clair  se superpose au vert foncé du pin, du sapin, du sapin-cigue,de l'épicés et du cèdre.

    L'aulne est déjà en fleurs.

    Le caroubier est en retard, comme d'habitude.

    Partout et toujours régnent le chant des oiseaux, les abeilles envahissent le verger, le raton laveur furetant à la nuit tombée.

    Le ver creusant son tunnel dans le jardin. Les poules, les lapins picorant et grignotant, les chèvres étirant leur cou  pour atteindre de nuvelles délices.

    Tous symbolisent l'omniprésente énergie de la vie.

    O mon Dieu,

    Puissions nous aujourd'hui être touchés par la grâce, fascinés et émus par ta création, énergisés par la puissance de la végétation nouvelle à l'oeuvre  sur notre planète.

    Puissions nous ,au lieu de contempler ce monde comme  un tableau :

      

                                       -  Le toucher et être touché par lui,

                                       -  Le connaître et être connu de lui.

                                        -  L'aimé et être aimé de lui.

     

    Tiré du psautier CHENOOK

     

    j'ajouterai à ce beau texte mes prières pour qu'enfin cesse cette  épidemie,

     

    mes prières aux personnes décédées dans le monde,

     

    mes prières pour les personnes agées, seules, confinées, et je pense particulièrement à ma maman âgée de 97 ans, que je ne peux pas voir mais que j'ai tout le temps au tel, mais ce n'est pas suffisant,

     

    mes prières au personnel médical   qui merite toute notre admiration , 

     

    mes prières pour tous les pompiers, polices,  gendarmes, boulangers,  etc ... Tous ceux qui nous font vivre   , tous méritent nos applaudissements.

     

    Prenez soin de vous ...

     

     


    votre commentaire
  • QUEL EFFET MON PASSE A SUR MOI ?

     

    La réponse à cette question peut faire l'objet de bien des controverses. Les différentes écoles de psychologie se distinguent de façon spectaculaire par l'importance qu'elles accordent à l'influence du passé sur la personnalité.  La réponse la plus simple est peut être la suivante : l'importance du passé est celle que nous voulons bien lui accorder, ou celle q ue nous avons besoin de lui accorder .. Dans les cas extrêmes, cette réponse ira de soi : une enfance traumatisante crée des obstacles significatifs au développement. Mais en général, il est important de réaliser que nul n'a un passé parfait et que nous avons  tous, d'une façon ou d'une autre, connu une famille, un foyer, une éducation ou des amitiés " à problèmes"...

     

    On fait souvent porter au passé la responsabilité  d'actes ou de comportements inadaptés dans le présent, en revanche, on attribue rarement au passé le mérite de nos succès ou de nos comportements les plus admirables. Nous nous plaisons à revendiquer le mérite de nos bonnes actions, mais nous rejetons la responsabilité de nos erreurs sur le passé ou sur des tiers.

     

    Cependant, le passé a une importance indéniable puisque c'est lui qui nous a amenés ici et maintenant. Tout ce que nous avons fait et vécu, toutes nos expériences relationnelles, aboutissent précisément à faire de nous ce que nous sommes dans le présent. Il n'y a rien, strictement rien, que quiconque puisse faire pour modifier un élément de son passé : dès lors, on s'étonne de la quantité d'énergie que nous gaspillons à nous occuper de notre passé, énergie qui pourrait être utilisée de façon bien plus productive. Si nous passons une partie significative de notre temps à revivre notre passé ( c'est le cas chaque fois que nous éprouvons des remords, que nous élucubrons des " mais si ...., ou des ...Si seulement ....) , nous passons à côté d'un instant de notre vie. Nous ne vivons pas l'instant présent, nous ne faisons pas de notre mieux ici et maintenant. Nous nous faisons un ennemi de notre passé en le laissant nous voler notre temps, notre vie.

     

    Votre passé, ce sont tous les moments que vous avez vécu jusqu'ici, le passé est dépassé, i ntouchable, immuable. La meilleure façon de sortir de son passé est de se débarrasser de son influence, c'est encore un paradoxe : conjurez votre passé en lui rendant  hommage. Cessez de haïr, de regretter, de lutter, arrêtez de vous désoler et de nier la réalité. Acceptez la avec tout ce qu'elle vous a apporté et tout ce qu'elle vous a refusé. De toute façon, il n'y a pas de retour en arrière possible. Dans le passé de tout individu, il y'a pas mal de " fange" mais également des éléments positifs. Après tout, le passé a eu au moins le mérite de vous conduire jusqu'à l'instant présent, vous avez survécu ... Récompensez vous d'avoir survécu et honorez votre passé pour tout ce qu'il vous a enseigné. Si vous ne parvenez pas à aimer ce q ue votre passé vous a enseigné, honorez le quand même pour vous avoir appris ce qui ne fonctionne pas.. Tout ce que vous avez appris a de la valeur, ne serait-ce que pour identifier vos priorités en minimisant vos alternatives

     

    Décidez une bonne fois d'utiliser votre passé à votre profit, de façon optimale. Retenez ce dont vous avez besoins et chérissez en la mémoire. Soyez objectif. Faites le tri de vos bagagez et ne gardez que ce qui peut servir. Détachez vous du reste : de vos  souvenirs, de vos actes, de votre vie...  N'ayez plus peur de votre passé, faites vous  aider si cette tâche semble vous dépasser. Il est absolument inutile que vous passiez votre présent et votre avenir à  vous occuper de votre passé.

     

    QUEL EFFET MON PASSE A SUR MOI ?

     


    votre commentaire
  • L'ARGENT NE FAIT PAS LE BONHEUR

     

     

     

    Concernant le bonheur, il n'y a que deux écoles: celle de l'être et celle de l'avoir . Soit le bonheur est intérieur, soit il réside ans une liste de choses qu'il faut posséder  pour être heureux (   duplex, amis, amants, chihuahua...) .   Celui qui est persuadé que " l'argent ne fait pas le bonheur" appartient au premier camp: pour lui, jamais quelque chose ne peut faire de nous quelqu'un d'heureux... D'ailleurs, qui n'a jamais fait l'expérience  - douloureuse - de tout avoir  pour être heureux et malgré tout de ne pas l'être ? On aura beau additionner les bénéfices, collectionner les sacs Vuitton, les soirées au Baron,  cela ne fera pas nécessairement de nous des gens contents...

     

     

     

    Et pourtant, lorsqu'il s'agit de décrire le bonheur , on ne peut s'empêcher de le rattacher à des biens matériels ou des possessions. On est tous d'accord, ou presque, pour dire que le bonheur n'est ni dans l'avoir ni dans les armoires et en même temps on parvient difficilement à lui donner un contenu sans le référer à des choses très commerciales (    forfait tout compris du club Med , les capsules Nespress, un week end à Center Parcs ....) . Certes un  mari, des amis ne sont pas à mettre au même rang qu'une voiture ou une résidence secondaire mais le résultat est le même; on décrit des choses immatérielles ( amour, amitié) comme des biens à posséder : " j'ai deux enfants adorables, " " j'ai un mari formidable " ...... Sommes nous donc condamnés à ne décrire le bonheur qu'en ayant recours au vocabulaire de la propriété et de la consommation .. On aspire à un bonheur d'aventurier, fait d'absolu et d'idéal et on se retrouve avec un " capital" à gérer, comme un petit rentier ..

     

     

     

    Certain se contenteront de définir le bonheur comme un pur sentiment ou " ressenti" , comme la somme de petits plaisirs que l'on savoure : le premier verre de rosé de l'été, les senteurs du maquis, les tableaux de Velasquez.... Ayant compris, l'âge, la sagesse et les déceptions aidant, qu'il est difficile d'atteindre un état permanent de bonheur, on le cherche dans de simples instants ...

     

     

     

     

     

    Cependant une fois encore, on se retrouve à définir le bonheur sur le mode de l'avoir : ces petits riens qui rendent heureux ne témoignent pas d'une vision matérialiste du bonheur mais 'apparentent à des biens à consommer , des " valeurs que l'on veut comptabiliser et épargner ... On confond ainsi souvent une vie heureuse avec une vie réussie ...

     

     

     

    Grand défenseur des solutions de compromis, Aristoteexplique que si nous retombons fatalement dans l'énumération de biens, c'est parce que " le bonheur ne saurait se passer des biens extérieurs"... Cent mètres carrés dans le Marais, la taille mannequin et des Sicav en banque ne rendent pas nécessairement heureux, mais ne rien avoir de tout cela, peut nuire au bonheur"

     

     

     

    L'argent fait donc bien le bonheur - comme aussi les amis, le pouvoir, la santé, la beauté, la réussite. Nous nous comportons d'ailleurs  avec le bonheur exactement  comme avec l'argent : on cherche à l'épargner, à le rentabiliser, à l'investir.. Bref , à faire du profit .

     

    Dans ce domaine, nous sommes tous des traders- des boursicoteurs du bonheur...

    L'ARGENT NE FAIT PAS LE BONHEUR

     


    votre commentaire
  • L'offrande à la nature

     

     

     

    Nature au cœur profond sur qui les cieux reposent,

     

     

     

    Nul n'aura comme moi si chaudement aimé

     

     

     

    La lumière des jours et la douceur des choses,

     

     

     

    L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

     

     

     

    La forêt, les étangs et les plaines fécondes

     

     

     

    Ont plus touché mes yeux que les regards humains,

     

     

     

    Je me suis appuyée à la beauté du monde

     

     

     

    Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

     

     

     

    J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne

     

     

     

    Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,

     

     

     

    Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne

     

     

     

    Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

     

     

     

    Je suis venue à vous sans peur et sans prudence

     

     

     

    Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,

     

     

     

    Ayant pour toute joie et toute connaissance

     

     

     

    Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

     

     

     

    Comme une fleur ouverte où logent des abeilles

     

     

     

    Ma vie a répandu des parfums et des chants,

     

     

     

    Et mon cœur matineux est comme une corbeille

     

     

     

    Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

     

     

     

    Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète,

     

     

     

    J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs

     

     

     

    Et qui font naître au cœur des hommes et des bêtes

     

     

     

    La belle impatience et le divin vouloir.

     

     

     

    Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature.

     

     

     

    Ah ! faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour,

     

     

     

    Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure

     

     

     

    Que ne visitent pas la lumière et l'amour.

     

     

     

    Anna de Noailles.

     

    OFFRANDE A LA NATURE

     

    OFFRANDE A LA NATURE


    votre commentaire