• Apprendre à mieux vous connaître, c’est apprendre à considérer toutes les facettes de votre personnalité dans le but de choisir les meilleures      options possibles.

    La connaissance de soi c’est aussi aller vers une meilleure compréhension de soi. Elle peut vous aider à comprendre davantage ce qui vous motive,      pourquoi vous agissez de telle ou telle manière. La connaissance de soi vous permet de donner une direction plus précise à votre vie, vous connaître , c’est savoir ce que sont :

     

    LES CROYANCES : ce sont les idées auxquelles vous croyez, vos convictions. Elles sont à la base de vos comportements, elles sont apprises.

     

    LES VALEURS : c’est ce qui est important dans votre vie. Elles donnent un sens à ce qui est fait . Elles proviennent de vos croyances les plus      fondamentales et elles sont aussi apprises.

     

    LES BESOINS : ce sont des exigences. Les besoins peuvent être nécessaires,utiles ou superficiels. Ils s’expriment la plupart du temps lorsqu’un      manque est resenti. Ils peuvent être appris, innés, constants ou momentanés.

     

    LES RESSOURCES! ce sont les forces personnelles de l’esprit, du caractère qui vous permettent d’agir en utilisant tout votre potentiel ( ex bon      jugement, force physique etc)

     

    LES LIMITES : ce sont les frontières à intérieur desquelles vous êtes capable de fonctionner, frontières que les possibilités physiques ou      intellectuelles ne peuvent dépasser.

     

    HABILETE : ce sont vos attitudes, vos capacités à faire quelque chose, être habile de vos mains s, calcul etc)

     

    SENTIMENTS : ce sont des états affectifs assez stables et durables.

    CONNAISSANCE DE SOI

     

     

     


    votre commentaire
  • GUY DE MAUPASSANT .

    1868 - C'est l'été -. L'air est doux, Guy de Maupassant, 18 ans se promene en ville. Dans la matinée, il a quitté la villa ou sa mère a trouvé refuge,fuyant un mari déséquilibré, violent. Pourtant Gustave MAUPASSANT était fou amoureux d' elle au temps si proche encore de leur jeunesse. Il avait demandé cette jeune fille en mariage, et Laure lui avait répondu " je vous épouserai à la condition que vous vous trouviez un particule" Gustave le trouva en même temps qu'un château, juste avant la naissance de celui dont dont Laura sait qu'il deviendra un génie : Guy;

    Guy de Maupassant se promene dans Etretat. Il est midi , dans sa poche une feuille de papier pliée en quatre, , un poème y est calligraphié, un poème d'amour. La jeune fille, parisienne , élégante et superbe est surprise,elle rougit, prend le papier, le lit, mais ne dit rien Guy part .Guy n'est pas encore rentré chez lui, il flâne sur le port,en pensant à son amie, lorsqu' il voit cinq ou six jeunes hommes entourant une jeune fille ,en train de lire un texte,en riant!!ce texte que Guy connaît par coeur , elle se moque de sa lettre ... Il est foudroyé : la femme...un mensonge, hypocrite, Guy va désormais transformer toutes les femmes qu'il rencontrera en objets de consommation sans aucun scrupule.

    Après avoir obtenu brillamment son baccalauréat , après s'etre engagé lors de la guerre de 18970, Maupassant devient fonctionnaire au ministre de la marine, puis de l'instruction publique,c'est un employé de bureau peu assidu, dont la grande afffaire demeure l'écriture. Il se croit destiné à la poésie, le grand ami de sa mère, Gustave Flaubert, le prend sous son aile, corrige ses vers, lui apprend la pratique du réalisme en écriture.Il lui présente Daudet, Huysmans, et surtout Emile Zola.  Celui ci lui demande d' écrire une nouvelle , en quelques elle est écrite, son titre " Boule de suif ; c'est le début d'une série de chefs-d'oeuvre de précision, de concision et de style, le debut de 10 années acharné avant la fin .

    De trente à quarante ans, Maupassant va écrire sans relâche,nouvelles,romans, poursuivi par les souffrances de la syphilis qui ne lui laisse guère de répit. Après avoir publié un recueil de ses poésies,il commence à répondre aux commandes des journaux qui publient des contes et des nouvelles. En dix ans il en écrit presque trois cents, avec ses essais, ses romans. Maupassant acquiert une fulgurante célébrité considérable, sa fortune est la plus importante de l'époque dans le monde littéraire. généreux, il en redistribue une partie à sa mère, dépensière hors mesure, à son frère qui ne trouve pas d'emploi, à ses amis, à ses maîtresses.

    Maupassant fuit les lieux à la mode ou on le demande, les salons,Il aime la solitude, le canotage. Et lorsqu'il n'est pas seul, on le trouve en galantes compagnies, au pluriel. En ces occasions, il aime prouver que sa puissance n'est pas liée à la seule extrémité de sa plume.

    Le grand drame de Maupassant, celui qui va gâcher une partie de son existence et nous priver de nouveaux contes et des romans qu'il se préparait à écrire, ce drame serait de nos jours soigné en une ou deux semaines. Une ordonnance banale prescrirait deux gélules matin et soir , d'un dérivé de la pénicilline. Personne s'apercevrait quel a plus terrible maladie vénérienne est passée par là...celle qui a tué Baudelaire, Flaubert, Daudet et tant d'autres..La syphilis!

    La réalité de cette cruelle maladie est tragique: elle peut foudroyer en quelques semaines, ou bien s'endormir et se réveiller sans prévenir,rendant aveugle ou aphasique, ou fou, ou tout cela à la fois.  Pour Maupassant qui l'attrape à 27 ans, la vérole va prendre son temps, lui infliger d'atroces migraines qu'il soigne à l'éther, paralyser l'un de ses yeux,provoquer des hallucinations, le martyriser jusqu'en 1892 ou il perd la raison apres avoir tenté de se suicider. Soigné dans la maison de santé du docteur Blanch qui a déjà tenté de soulager Nerval, il meurt le 6 juillet 1893. Sa tombe se trouve au cimetière Montparnasse, à Paris  

     


    votre commentaire
  • Lit-on encore George Sand aujourd'hui ? Sans doute,il faut l'espérer,car ce qu'elle a écrit est plein de charme des champs, du chant des petits oiseaux et de bons sentiments. Évidemment, l'âpreté du quotidien, celle qui dépose au fond des mains des paysans le cal rugueux et dans leurs bras l'exténuation des journées n n'est point exprimée. Le réalisme est obligé de faire ses choix...

    Elle a beaucoup écrit, George Sand! et cela ne plaît pas  à tout le monde, à Jules Renard, par exemple.

    Ah Jules Renard !!vous croyiez qu'on ne vous avait pas vu écrire ce petit papier que vous voulez passer en douce à la postérité ? Et qu'y lit-on ? Une méchanceté, une de ces pointes que vous savez si bien empoisonner!! au piquet, Jules Renard.... Comment avez vous pu écrire ceci à propos de George Sand " C'est la vache bretonne de la littérature"!! certes, elle a beaucoup écrit, elle était capable de vous boucler un roman en trois jours et trois nuit  quitte à le corriger ensuite pendant trois mois!!! jaloux  Jules ?

     Soixante dix sept romans, dix huit pièces de théâtre, vingt six volumes de correspondance, des écrits politiques, critiques, autobiographique .... Que reste il ? Une trilogie de romans champêtre qui assurent à eux seuls aujourd'hui la gloire de George Sand...Trilogie champêtre:La mare au diable - La Petite Fadette - François le Champi...

    Une maîtresse femme:  Sandeau, Musset , Pagello, Mérimée, Chopin et tant d'autres... une belle galerie que la bonne dame de Nohant eut pu transformer en passionnants portraits, tout en détails, de pied en cap... Aujourd'hui encore, elle aurait un succès fou..

    Évidemment tout le monde sait que George Sand n'a pas mené la vie tranquille de la Madeleine ... Tout le monde a entendu parler de ses liaisons avec des hommes ou des femmes qui ont tant scandalisé le bourgeois de la Monarchie de Juillet.. Il y'eut Casimir , qu'elle épouse à 18 ans,de ce mariage sans amour naissent deux enfants... Il  y'eut Jules Sandeau dont elle fait son amant ,elle a 26 , lui 19... ils publient ensemble plusieurs livres. C'est l'époque ou elle défraie la chronique avec l'actrice Marie Dorval- leur liaison fait sortir Vigny de ses gonds..

    En 1833 elle fait la connaissance d'A.De Musset! leurs amours sont mouvementées.. Elle même raconte le séjour qu'ils effectue à Florence puis à Venise où une dysenterie la poursuit,gâchant la relation avec son amant,bientôt aussi malade qu'elle. Ce voyage à Venise ressemble au pire des cauchemars.. George se console des infidélités d'Alfred dans les bras du docteur Pagello.

    De retour en France , voici qu'entre en scène celui que George appelle Chip-Chip! Qui donc ? Frédéric Chopin,lui même!! il est naturel que George, descendante du roi de Pologne soit sensible à l'exilé Chopin.. Elle prend grand soin de son Chip chip aux magnifiques yeux bleus, aux si belles mains, à son mètre cinquante cinq! grand compositeur de petite taille, Chopin va demeurer dans le coeur de George jusqu'à cette dernière lettre qu'elle lui a écrit  le 28 juillet 1847: " Adieu mon ami".. Chopin meurt le 17 octobre 1849, son coeur tout imprégné de George....

    Après Chopin, George devient sage, fait de son secrétaire, le graveur Manceau, son amant, vit le plus souvent à Nohant ... Elle y accueille ses amis, divertit les enfants avec son théâtre de marionnettes -fabriquées par son fils Maurice- se construit cette image de bonne dame de Nohant, écrit sans relâche, et meurt le 8 juin 1876 d'une occlusion intestinale , à soixante douze ans. Flaubert, Alexandre Dumas fils, le prince Napoléon et toute la région environnante la conduisent à la derniere demeure qu'elle a choisie :; le parc de ce qu'elle appelait sa modeste demeure, le château de Nohant.. Le lendemain de sa mort, Victor Hugo écrivait "  je pleure une morte, je salue  une immortelle "

      

    GEORGE SAND/ALFRED DE MUSSET


    votre commentaire
  • "Un vieil homme était assis à l'entrée d'une ville.

    Un étranger venu de loin s'approche et lui demande : "Je ne connais pas cette cité. Comment sont les gens qui vivent ici?"

    Le vieil homme lui répondit par une question : "Comment sont les habitants de la ville d'où tu viens?". "Egoïstes et  méchants" lui répondit l'étranger, "c'est pour cette raison que je suis parti". "Tu trouveras les mêmes ici!" lui répondu le vieillard.

    Un peu plus tard, un autre étranger s'approche du vieil homme :"Je viens de loin" lui dit il. "Dis moi comment sont les hommes qui vivent ici?" Le vieil homme lui répond : "Comment sont les habitantsde la ville d'où tu viens?". "Bons et accueillants" lui dit l'étranger, "J'avais de nombreux amis et j'ai eu de la peine à les quitter!".

    Le viel homme lui sourit "Tu trouveras les mêmes ici!"

    Un vendeur de chameaux avait suivi les deux scènes de loin. Il s'approcha du vieillard. "Comment peux tu dire à ces deux étrangers, deux choses opposées?"

    Le vieillard lui répondit " Parce que chacun porte son univers dans son coeur. Le regard que nous portons sur le monde, n'est pas le monde lui-même, mais le monde tel que nous le percevons. Un homme heureux quelque part sera heureux partout. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout!".

     

    REFLEXION PHILOSOPHIQUE


    votre commentaire
  •  

    "Le temps guérit de tout" , " l'erreur est humaine"  , "personne n'est irremplaçable"... Elles sont nombreuses, ces phrases toutes faites et passe-partout qu'on prononce sans y penser....  Vous croyez farouchement que " quand on veut, on peut "? ? vous êtes stoïcien.. le proverbe " l'argent ne fait pa le bonheur " vous fait bondir ? Vous partagez l'opinions d'Aristote pour qui " le bonheur ne saurait se passer de biens extérieurs ?" .... Serions nous donc philosophes sans le savoir ?

     

    LE TEMPS GUERIT DE TOUT

     

    Qu'est ce qui met fin à la tristesse ?  Rien si ce n'est le temps qui guérit de tout ... Ce n'est pas nous qui oublions, c'est la peine qui s'éloigne et donc qui s'atténue. Epicure, que l'on croit à tort plus grand connaisseur des plaisirs que des malheurs, affirme qu'une douleur intense ne peut être durable, avec le temps elle perd nécessairement en force, jusqu'à devenir " vivable".. Le temps apprivoise ainsi la peine en l'anesthésiant peu à peu ...

     

    L'expérience que chacun peut faire de la tristesse va cependant à l'encontre de cette conception consolatrice: le temps n'adoucit pas la peine mais la prolonge. La séparation se fait plus cruellement sentir à mesure que les années passent car chaque moment vécu renvoie à la personne aimée et perdue, qui n'est plus là pour nous voir, nous entendre, nous parler en ce moment même, en cette occasion particuliere .... L'absence est ravivée, " réactualisée" par le passage des jours, elle accompagne notre présent ou plutôt le présent la ramène immanquablement avec lui ... Si aimer c'est se sentir en permanence relié, être en peine c'est aussi se sentir relié  mais à un manque ...  Bien sur la vie reprend ses droits, mais tout ce que l'on vit est vécu sans - sans elle, sans lui, sans eux -  le chagrin n'est pas effacé par le temps, il en est désormais une dimension ...

     

    Le réconfort que l'on cherche à nous apporter ne fait en réalité qu'exacerber notre souffrance . Car elle est unique et n'obeit à aucune régle générale.. La sympathie affadit la peine en cherchant à l'atténuer par des généralités consolatrices " la vie continue ", " il faut continuer à vivre" , " pense à tes enfants" etc......Cette " religion de la pitié " suivant les mots de Nietzsche qui retire à la souffrance sa singularité et donc sa gravité correspond selon lui à une " religion de confort" pour laquelle souffrir est mal et ne doit surtout durer qu'un temps.. C'est sans doute un des prêtres de cette religion qui un jour a déclaré que " le temps guérit de tout "


    votre commentaire